One day, one goal: Van Buyten remet les Diables sur les rails de la Coupe du monde

Durant sa carrière, Daniel Van Buyten était surtout connu pour sa longue crinière et son excellent jeu de tête. Grâce à l'un de ces coups de casque dont il avait le secret, il a définitivement mis les Diables Rouges sur la voie de la Coupe du monde au Japon et en Corée du Sud en 2001.

One day, one goal: Van Buyten remet les Diables sur les rails de la Coupe du monde

© Belga

Après la désillusion de l'Euro 2000 organisé par la Belgique et les Pays-Bas, les Diables Rouges veulent à tout prix se qualifier pour la Coupe du monde 2002 disputée au Japon et en Corée du Sud. Pour ce faire, ils doivent composer dans leur groupe avec la Croatie, troisième de la dernière Coupe du monde, l'Écosse et les petits poucets que sont la Lettonie et Saint-Marin.

Les troupes de Robert Waseige parviennent à accrocher les Croates au stade Roi Baudouin (0-0), après quoi elles balayent la Lettonie et Saint-Marin – la victoire 10-1 contre Saint-Marin restant à ce jour la plus large victoire de notre équipe nationale.

Van Buyten délivre les Diables

Van Buyten délivre les Diables

© Reuters

Le 24 mars 2001, Marc Wilmots et ses collègues se déplacent au Hampden Park pour affronter l'Écosse dans un duel décisif pour la qualification. Le vainqueur de chaque groupe obtient automatiquement son billet pour la phase finale, tandis que les deuxièmes doivent passer par la case « barrages » pour tenter de décrocher le dernier ticket pour l’Asie.

Mais en Écosse, les Diables Rouges débutent le match de la plus mauvaise des manières en encaissant un but après seulement 1 minute de jeu des pieds de Billy Dodds. À la 28e, le défenseur de Lyon Eric Deflandre est exclu pour avoir touché le ballon de la main dans le rectangle. Dodds, encore lui, ne se fait pas prier et transforme le pénalty. À ce moment précis, la Coupe du monde semble déjà bien loin.

Mais les Belges ne vont pas abdiquer et, au retour des vestiaires, quelques ajustements tactiques de Waseige vont se révéler décisifs. Marc Wilmots se charge de réduire le score, bien servi par Bob Peeters, tout juste monté au jeu. Alors que la victoire ne semblait plus pouvoir échapper aux Ecossais, un autre choix de Robert Waseige allait s'avérer payant. 

Lui aussi monté en cours de match, Sven Vermant balance lance une dernière fois le ballon dans la surface. Le jeune Daniel Van Buyten, 23 ans, s'élève alors plus haut que tout le monde au point de penalty et son coup de tête ne laisse aucune chance au gardien écossais. Grâce à Big Dan, les Diables Rouges rentrent aux pays avec un point inespéré et peuvent toujours croire en la qualification. Ce but lance également la carrière internationale du défenseur, qui enfilera le maillot de l'équipe nationale à 85 reprises.

Injustice contre le Brésil

Injustice contre le Brésil

© EPA

Après trois nouvelles victoires consécutives, les Belges ont leur destin en mains lors du dernier match contre la Croatie. Cependant, Alen Boksic donne la victoire aux ex-Yougoslaves, ce qui envoie la Belgique en barrages contre la République tchèque de Pavel Nedved. Grâce à des buts de Gert Verheyen (au match aller) et Marc Wilmots (au retour), les Diables rouges décrochent leur ticket pour le Mondial.

Lors du tournoi, la Belgique semble en mauvaise posture. Les luttes internes font la Une des journaux. En outre, Robert Waseige est en froid avec la presse. Mais ces tensions n’ont pas de prise sur ce qui se passe sur le terrain. Après un nul contre le Japon, pays hôte, et la Tunisie, Marc Wilmots et son équipe s’imposent contre la Russie dans le troisième match du groupe. Ces résultats leur ouvrent les portes des huitièmes.

Les Diables y affrontent alors le Brésil, futur champion du monde. Les Auriverde comptent dans leurs rangs des magiciens tels que Roberto Carlos, Juninho, Rivaldo, Ronaldinho et Ronaldo. Pourtant, le collectif belge ne s’avoue pas vaincu. Mieux, le capitaine Wilmots envoie le ballon au fond des filets brésiliens peu avant la mi-temps. Mais son but de la tête est refusé par l’arbitre, pour une raison inconnue.

C’est le signal du réveil pour la Seleção. Rivaldo, puis Ronaldo font parler la poudre. Le Brésil sera sacré champion du monde quelques jours plus tard, mais admettra par la suite que les Belges furent leur plus gros adversaire...

Admirez la magnifique tête de Van Buyten contre l’Écosse ci-dessous. 

Fan de notre série sur goals d’anthologie? Retrouvez ici le splendide goal de Roberto Baggio  contre son ancien club, la Juventus.

Top
t