Tout ce que vous devez savoir à propos de la nouvelle saison de Formule E

Alors que la saison de Formule 1, la discipline reine du sport automobile, touche à sa fin, les bolides de Formule E sont prêts à s'élancer. La compétition, dans laquelle la Belgique alignera deux pilotes, comportera quatorze épreuves qui se dérouleront dans douze des villes les plus progressistes du monde, réparties sur quatre continents. Afin de ne rien perdre de la saison 2019-2020, nous vous invitons à lire ce qui suit.
Tout ce que vous devez savoir à propos de la nouvelle saison de Formule E

© photonews

Arrivée de Porsche

Arrivée de Porsche

© photonews

Cette saison, deux constructeurs supplémentaires ont obtenu leur agrégation en Formule E : Porsche et Mercedes. Après avoir quitté, voici deux ans, le « FIA World Endurance Championship » afin de préparer son entrée en Formule électrique, la firme de Stuttgart signe son grand retour dans le monde des monoplaces. Porsche a choisi d'attribuer le deuxième baquet de son écurie de Formule E au pilote allemand André Lotterer, qui fera équipe avec le Suisse Neel Jani.

L'écurie Mercedes, l'autre nouvelle venue

L'écurie Mercedes, l'autre nouvelle venue

© mercedes

Des mythiques « Flèches d'argent » des années 30 à Lewis Hamilton, Mercedes a marqué l'histoire du sport automobile et domine la Formule 1 depuis plusieurs années. La marque à l'étoile rejoint le championnat de monoplaces électriques avec, au volant, le Belge Stoffel Vandoorne, déjà pilote de Formule E l'an dernier pour « HWA Racelab » (qui a servi de laboratoire à Mercedes), et le Néerlandais Nyck de Vries, le champion en titre en Formule 2, l'antichambre de la F1.

Jérôme D'Ambrosio, l'homme d'expérience

Jérôme D'Ambrosio, l'homme d'expérience

© photonews

Ainsi que nous l'avons vu précédemment, deux pilotes belges figurent parmi l'élite de la Formule E. Transfuge de la F1, le Bruxellois Jérôme D'Ambrosio est un vieux briscard de la discipline. Après quatre saisons passées au sein de la formation « Dragon Racing », il défend depuis l'an dernier les couleurs de l'écurie « Mahindra Racing », où il côtoie un autre Belge, à savoir Sam Dejonghe, le pilote de réserve de l'écurie indienne. Vainqueur, en janvier, de l'E-Prix de Marrakech, D'Ambrosio a fait un temps figure d'outsider pour la course au titre. Hélas, une contreperformance à Paris, ainsi qu'une piètre treizième place à Monaco, l'ont fait rétrograder au classement.

Stoffel Vandoorne aux commandes d'une « Flèche d'argent »

Stoffel Vandoorne aux commandes d'une « Flèche d'argent »

© photonews

Après deux saisons décevantes en Formule 1 au sein de l'écurie McLaren, à cause, notamment, d'une monoplace peu compétitive, Vandoorne a rejoint « HWA Racelab » pour la saison de Formule E 2018-2019. Hélas, les résultats ne furent pas ceux escomptés. En dépit d'une belle troisième place lors de l'E-Prix de Rome en avril dernier, le Courtraisien a accumulé les contreperformances, ne terminant que quatre des neuf épreuves auxquelles il a participé.

Nouvelle réglementation

Nouvelle réglementation

© photonews

Outre les nouveaux circuits et les nouvelles écuries, le règlement de la sixième saison de Formule E a également subi un certain nombre de modifications. Désormais, le nombre maximum de « MGU » (« Motor Generator Unit ») est limité à un (contre deux précédemment). Ensuite, le « mode Attaque » bénéficie d'une puissance additionnelle de 10 kW et passe de 225 kW à 235 kW. Par ailleurs, l'activation du « mode Attaque » sera interdite durant un « Full Course Yellow » (neutralisation de la course sous drapeaux jaunes) ou une intervention de la voiture de sécurité. Afin d'améliorer les effets de la gestion de l'énergie lors du déploiement de la voiture de sécurité ou pendant un « FCY », une quantité fixe d'énergie (équivalente à 1 kWh par minute pendant la période concernée) sera soustraite de la quantité totale d'énergie restante dans chaque voiture. Lors d'une suspension de course, le système de chronométrage s'arrêtera, sauf indication contraire du directeur de course, dans le but de terminer le temps de course complet. Enfin, le pilote le plus rapide de chaque groupe de qualifications marquera un point au championnat.

La passe de 3 pour Jean-Éric Vergne ?

La passe de 3 pour Jean-Éric Vergne ?

© photonews

Le pilote français a brisé une sorte de malédiction. Les quatre premières éditions du Championnat du monde de Formule E ont toutes couronné un pilote différent. Seul le Français Jean-Éric Vergne, lauréat en 2017-2018, a réitéré son exploit la saison suivante grâce, notamment, à trois victoires en E-prix (Sanya, Monaco et Berne). À noter qu'au classement des victoires, il occupe actuellement, avec huit trophées, la troisième position derrière le Brésilien Lucas Di Grassi (10 victoires) et le Suisse Sébastien Buemi (13 victoires).

Fan Boost

Fan Boost

© photonews

Grâce aux réseaux sociaux et au vote des fans, les pilotes peuvent bénéficier d'un gain de puissance. C'est ce que l'on appelle le « Fan Boost ». Au cours des six jours précédant la course et jusqu'à quinze minutes après le départ, les fans ont la possibilité de voter pour leur pilote préféré par le biais de différents canaux. Les cinq concurrents les plus populaires reçoivent un bonus de puissance qu'ils ont le droit d'utiliser dans un laps de temps de cinq secondes pendant la seconde moitié de la course. Un règlement qui devrait profiter à notre compatriote Stoffel Vandoorne, l'un des pilotes les plus populaires du circuit.

Nouveaux circuits

Nouveaux circuits

© photonews

Les épreuves de Formule E se déroulent en ville, sur des parcours dont la longueur est fixée entre 2,5 et 3 kilomètres. Avec quatorze courses disputées dans douze pays différents, cette saison sera la plus dense de l'histoire de la compétition. Par rapport à l'édition précédente, trois nouvelles destinations font leur apparition, au détriment de Marrakech, Berne et Monaco (qui ne peut accueillir le Championnat qu'une année sur deux). Les nouveaux circuits sont Jakarta, Séoul et Londres (dont la dernière participation remonte à la saison 2015-2016). Le Championnat débutera par une double épreuve à Ad Diriyah en Arabie saoudite (22 et 23 novembre). Quant à la clôture de la saison, elle n'aura plus lieu à New York, mais à Londres, où un double meeting sera organisé les 25 et 26 juillet 2020. La « Grosse Pomme » conserve néanmoins une date dans le calendrier, en l'occurrence le 11 juillet.

À suivre sur Eurosport à partir du 22 novembre !

À suivre sur Eurosport à partir du 22 novembre !

Les amateurs de sport automobile pourront suivre en intégralité la saison 2019-2020 de Formule E via Proximus Pickx. Ne ratez pas les deux premières manches du Championnat, qui auront lieu les 22 et 23 novembre sur le circuit d'Al Diriyah, en Arabie saoudite. Aurons-nous le plaisir de célébrer une victoire belge ? Croisons les doigts !



Profitez d’un mois gratuit pour tester l’option TV « All Sports ». À l’issue de la période d’essai, l’abonnement est automatiquement reconduit et devient payant. Pas convaincu ? Pas de souci, vous pouvez l’annuler à tout moment via votre app MyProximus. € 16,99 /mois après la période d'essai. Plus d’info ici 

Top
t