Andy Murray, le digne successeur de Fred Perry

À l'âge de 31 ans, Andy Murray songe sérieusement à mettre un terme à sa carrière de tennisman professionnel. En cause, une blessure à la hanche qui le fait souffrir depuis bientôt deux ans. En tout cas, l'ancien numéro 1 mondial espère pouvoir se relancer à Wimbledon, un tournoi qu'il fut le premier Britannique à remporter après le légendaire Fred Perry. Il participera cette année au tournoi en double.
Andy Murray, le digne successeur de Fred Perry

© EPA

Débuts professionnels

Débuts professionnels

© Belga

En 2004, Andy Murray remporte l'US Open juniors. Deux semaines plus tard, il fait partie des joueurs britanniques sélectionnés pour affronter l'Autriche en Coupe Davis, mais ne dispute pas la moindre rencontre. Passé professionnel en avril 2005, il se voit attribuer une wild card pour le tournoi de terre battue de Barcelone mais doit s'incliner dès le premier tour face au Tchèque Jan Hernych. En juin, il reçoit une autre wild card pour le prestigieux tournoi du Queens, où il s'incline au troisième tour face au Suédois Thomas Johansson, après avoir éliminé successivement l'Espagnol Santiago Ventura et l'Américain Taylor Dent.

Premier tournoi du Grand Chelem

Premier tournoi du Grand Chelem

© Belga

Classé 312e joueur mondial, Murray obtient sa troisième wild card consécutive, laquelle lui permet d'accéder d'office au tableau final de son premier tournoi du Grand Chelem chez les pros : Wimbledon. Il dispose successivement, en trois manches, du Suisse George Bastl et du Tchèque Radek Štepánek, puis échoue au troisième tour face à un ancien finaliste, l'Argentin David Nalbandian. Après avoir remporté les deux premières manches, il marque le coup physiquement et finit par s'incliner en cinq sets, victime de crampes.

L'ascension

L'ascension

© Belga

Après une entrée en matière plutôt encourageante sur le circuit professionnel, Andrew Murray entame dès 2006 une irrésistible ascension. Après avoir raflé la place de numéro 1 britannique occupée par Tim Henman, Andy commence à engranger ses premiers trophées. En février 2006, il remporte le tournoi de San José en battant l'Australien Lleyton Hewitt au terme d'une finale palpitante. À Cincinnati, il crée la surprise en éliminant le numéro un mondial Roger Federer en deux manches et termine la saison au 17e rang mondial. Le 16 avril 2007, il entre pour la première fois dans le Top 10 mondial. En septembre 2008, il dispute sa première finale dans un tournoi du Grand Chelem à l'US Open (battu par Roger Federer). En août 2009, il ravit la place de numéro 2 mondial à Rafael Nadal.

Doublement médaillé aux JO de Londres

Doublement médaillé aux JO de Londres

© Youtube

À l'entame de 2012, l'Écossais pouvait déjà se targuer d'un palmarès plus qu'enviable. Mais 2012 fut réellement l'année de la consécration. Aux JO de Londres, il atteignit la finale en n'ayant concédé qu'un seul set. Après avoir sorti Novak Djokovic en demi-finale, il remporta la médaille d'or en battant Roger Federer en trois sets. Quelques heures plus tard, il s'adjugeait la médaille d'argent en double mixte en compagnie de Laura Robson.

Premier titre en Grand Chelem

Premier titre en Grand Chelem

© Belga

La médaille d'or décrochée à Londres fit l'effet d'un détonateur. Après que Murray eut échoué à plusieurs reprises en finale d'un tournoi du Grand Chelem (Open d'Australie et US Open), la chance finit par lui sourire lors de l'US Open 2012. Une victoire acquise cependant au prix d'efforts surhumains. En quart de finale, il dut remonter un set et deux breaks pour venir à bout du Croate Marin Cilic. En demi-finale, l'Écossais dut batailler pendant quatre heures pour se défaire du Tchèque Thomas Berdych. Quant à la finale remportée face à Novak Djokovic, elle fut interminable (4 heures 54 minutes). Grâce à cette victoire, Murray devenait le premier Britannique à gagner un tournoi du Grand Chelem depuis Fred Perry en 1936.

Héros britannique

Héros britannique

© Shutterstock

Depuis Harold Mahony en 1896 et Fred Perry en 1936, nul autre sujet de sa Très Gracieuse Majesté n'avait réussi à s'imposer sur le gazon de l'All England Lawn Tennis and Croquet Club. Battu en finale par Roger Federer en 2012, Murray ne connut pas la même désillusion en 2013. Poussé par toute une nation, et plus précisément par un Centre Court déchaîné et totalement acquis à sa cause, le numéro deux mondial fit plier Novak Djokovic en trois sets, devenant de fait le deuxième joueur de l'histoire à réaliser le doublé Jeux Olympiques/Wimbledon.

2016, l'année de tous les records

2016, l'année de tous les records

© Shutterstock

Après une saison 2014 décevante sur le plan des résultats, Murray retrouva son niveau l'année suivante avec, notamment, une victoire en Coupe Davis et une place de deuxième mondial. En 2016, il réalisa une seconde partie de saison du feu de Dieu. Après sa défaite en finale de Roland-Garros face à Djokovic, il remporta le tournoi du Queens, enchaîna par une seconde victoire à Wimbledon et devint le premier joueur de l'histoire à conserver son titre de champion olympique.

Numéro 1 mondial

Numéro 1 mondial

© Belga

Avec un taux de victoires avoisinant les 90 %, Murray est devenu numéro 1 mondial en novembre 2016, à l'issue de sa victoire à l'Open de Paris-Bercy. Soucieux de faire honneur à son nouveau statut de leader, il termina l'année en beauté en battant Novak Djokovic en finale du Masters de Londres (ATP World Tour Finals).

Une saison gâchée par les blessures

Une saison gâchée par les blessures

© Belga

Après un début d'année 2017 mitigé, Murray dispute une demi-finale à Roland-Garros avant de s'incliner en quart de finale à Wimbledon, incapable de servir et de se mouvoir correctement à cause d'une blessure à la hanche. Par la suite, les choses ne vont qu'en s'aggravant. Insuffisamment remis de sa blessure, il déclare forfait à l'US Open, renonce à sa tournée asiatique et met définitivement fin à sa saison mi-octobre, juste avant le tournoi Rolex Paris-Bercy.

Adieux définitifs ?

Adieux définitifs ?

© Belga

Lors d'une conférence de presse organisée le 11 janvier dernier en marge de l'Open d'Australie, c'est un Andy Murray submergé par l'émotion qui annonçait la fin probable de sa carrière. « La douleur est vraiment trop forte. J'espère pouvoir participer à Wimbledon, mais je ne suis pas certain d'en être capable. Il se peut que l'Open d'Australie soit mon dernier tournoi.» Lors du premier tour de l'Open d'Australie, l'Écossais s'est incliné en cinq sets face à l'Espagnol Roberto Bautista Agut, après un match d'anthologie qui pourrait être l'ultime jalon d'une carrière exceptionnelle. Le 28 janvier, il a subi une opération « de la dernière chance » qui, espère-t-il, mettra un terme à ses souffrances et lui permettra, à terme, de remonter sur les courts.



Regardez tous les matchs de Wimbledon sur Eurosport!

Top
t