Le Français Sébastien Ogier (M-Sport Ford) occupe la tête du Rallye de Sardaigne, 7e manche du Championnat du monde WRC, à l'issue de la journée de vendredi et de l'ES9.

Le quintuple champion du monde devance le leader du championnat du monde, Thierry Neuville (Hyundai) de 18 secondes et 9/10e et le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota) de 37 secondes et 2/10e.

Thierry Neuville, toujours à l'affut dans le peloton de tête, a cependant perdu 8 secondes sur son rival français rien que dans l'ES9, la dernière de la journée. "J'ai eu du mal avec l'équilibre de la voiture dès le début de la spéciale. J'ai mis deux nouveaux pneus à l'avant droit et à l'arrière gauche avant la spéciale et la différence de taille l'a certainement rendu instable", a confié le pilote belge.

Dans des conditions rendues difficiles par la pluie et la boue qui s'est accumulée, Ogier a refait son retard l'après-midi dans l'ES6 mais assure ne pas avoir pu attaquer. "Je suis content d'être là et content de ce qu'on a fait car la journée a été piégeuse et je ne voulais pas prendre tous les risques", a expliqué le Gapençais.

Jusque-là 3e, l'Estonien Ott Tänak (Toyota) s'est arrêté durant l'ES9 après avoir heurté violemment le sol à la réception d'une bosse, et l'actuel 3e du Championnat peut craindre un deuxième abandon consécutif après celui enregistré au Portugal. Le Finlandais Teemu Suninen (M-Sport Ford), qui était 4e, risque de connaitre un sort similaire, car il a terminé dans le fossé lors de cette même spéciale.

Plus tôt dans l'après-midi, le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) a lui stoppé sa route durant l'ES7, alors qu'il était en 2e place du classement, en raison d'un problème de boîte de vitesse.

Samedi, les concurrents vont parcourir 146,56 km au cours de sept spéciales disputées dans la région d'Alghero dans le nord-ouest de la Sardaigne. En cas d'abandon vendredi, les pilotes ont cependant la possibilité de repartir samedi avec une forte pénalité de temps, sans plus vraiment d'espoirs de monter sur le podium.