La valse des entraîneurs en D1A et D1B

Cet été, huit entraîneurs de Jupiler Pro League sur seize se sont livrés au jeu des chaises musicales. En Proximus League, la proportion est de trois sur huit. À peu de choses près, pratiquement 50 % des clubs faisant partie de l'élite de notre championnat ont décidé de prendre une nouvelle orientation. Présentation des nouveaux venus.
La valse des entraîneurs en D1A et D1B

© Belga

Union Saint-Gilloise

Union Saint-Gilloise

© Belga

Commençons par une incursion en D1B. L'été dernier, le club de la Butte créait la surprise en engageant le jeune entraîneur Luka Elsner. Un choix résolument bénéfique puisque l'Union a atteint le dernier carré de la Coupe de Belgique et effectué un remarquable parcours durant le Play-offs 2. Une réussite qui a valu au stratège slovène d'être promu entraîneur d'Amiens, un club évoluant en Ligue 1 française. Pour lui succéder, le choix des dirigeants unionistes s'est porté sur Thomas Christiansen, un Hispano-Danois de 46 ans qui, en tant qu'entraîneur, a dirigé l'AEK Larnaca, l'APOEL Nicosie, ainsi que Leeds United.

Lommel SK

Lommel SK

© Belga

Un temps pressenti pour succéder à Tom Van Imschoot, parti à Genk assister Felice Mazzù, Timmy Simons n'officiera pas comme entraîneur de Lommel. Il a finalement accepté de nouvelles fonctions au sein du Club Bruges. Le choix du club limbourgeois s'est donc porté sur le coach islandais de 39 ans Stefan Gislason. Ce dernier est loin d'être un inconnu dans le championnat belge. De 2012 à 2014, il a en effet défendu, en tant que joueur, les couleurs de l'OH Louvain. Sélectionné à 26 reprises en équipe nationale islandaise, sa carrière d'entraîneur se résume à deux brèves prestations en deuxième division islandaise ; au Haukar Hafnarfjördur en 2017 et au Leiknir Reykjavik ce printemps, où il a été recruté par Lommel.

Excelsior Virton

Excelsior Virton

© Belga

Suite au limogeage de David Gevaert en février dernier, la direction de Virton a confié le poste d'entraîneur principal à Samuel Petit avec, pour objectif, la montée en D1B. Une fois sa mission accomplie, Petit a préféré renoncer au titre de T1 à la fin de la saison pour devenir directeur du centre de formation. Le club est donc allé chercher un nouveau coach au Grand-Duché du Luxembourg : il s'agit du technicien allemand Dino Toppmöller, qui vient de passer trois saisons sur le banc de Dudelange. Et quoi de plus normal lorsque l'on sait que Virton et Dudelange appartiennent au même homme, en l'occurrence le richissime brasseur d'affaires Flavio Becca ?

Royal Excel Mouscron

Royal Excel Mouscron

© Belga

Arrivé au « Canonnier » en septembre 2018, Bernd Storck avait reçu pour mission de maintenir le club en D1. Après avoir rempli son contrat grâce à une seconde partie de saison impressionnante, l'entraîneur allemand a décidé de ne pas poursuivre l'aventure chez les « Hurlus ». Quant à son successeur, Bernd Hollerbach (49 ans), également de nationalité allemande, il était l'adjoint de Felix Magath à Wolfsburg lorsque le club remporta le championnat de Bundesliga (en 2009). Il a également entraîné le FC Würzburger Kickers (D2 allemande) pendant trois ans. La saison dernière, il effectua un intérim à Hambourg. Faute de résultats, il fut hélas contraint de jeter l'éponge après sept rencontres (quatre défaites et trois nuls).

KV Ostende

KV Ostende

© Belga

Suite au départ de son président, Marc Coucke, en mars 2018, le club côtier a connu quelques turbulences. Après la démission de Gert Verheyen de son poste d'entraîneur juste avant les play-offs, Hugo Broos, qui assurait l'intérim, renonça à sa mission dès la fin du mois d'avril. Il incombe désormais au Norvégien Kåre Ingebrigtsen de remettre le club sur ses rails. Avant de démissionner durant l'été 2018, le coach de 53 ans a remporté trois titres consécutifs, ainsi que deux Coupes, avec le club norvégien de Rosenborg. Adepte d'un football méthodique, il privilégie un schéma tactique basé sur le 4-3-3.

KAS Eupen

KAS Eupen

© Belga

Bien que Claude Makelele ait assuré le maintien des « Pandas » en Jupiler Pro League pendant deux saisons consécutives, le couperet est tombé à la mi-juin : le Français n'entraînera plus Eupen la saison prochaine. Ainsi en ont décidé les propriétaires qataris. Son successeur n'est autre que l'Espagnol de 39 ans Beñat San José, un entraîneur qui peut se targuer d'une solide expérience internationale. Avant de prendre les rênes du club germanophone, il a notamment entraîné Al-Ittihad (Arabie saoudite), Bolivar (Bolivie), Universidad Católica (Chili) et Al-Nasr (Émirats Arabes Unis).

Cercle Bruges

Cercle Bruges

© Belga

Attention : un Français peut en cacher un autre ! Début mai, les dirigeants du Cercle Bruges, propriété de l'AS Monaco, annonçaient le limogeage, avec effet immédiat, de Laurent Guyot. Pour le remplacer, le club de la Venise du Nord a fait appel à un compatriote de Guyot, à savoir Fabien Mercadal (47 ans). Actif précédemment à Tours, au Paris FC et à Caen, il s'agit de sa première expérience comme entraîneur en dehors de l'Hexagone. La saison écoulée, il n'a pas été capable d'empêcher la relégation des Caennais en Ligue 2, après une lutte acharnée avec... l'AS Monaco.

Sporting de Charleroi

Sporting de Charleroi

Après que l'on eut cité les noms de Luka Elsner et d'Hein Vanhaezebrouck pour succéder à Felice Mazzù, le choix des dirigeants carolos s'est porté sur le Franco-Algérien de 40 ans Karim Belhocine. Relégué au rang de T3 après avoir officié la saison écoulée en tant que T2, puis comme entraîneur intérimaire au Sporting d'Anderlecht, le nouveau T1 des « Zèbres » ne s'est pas fait prier pour rejoindre le Mambourg.

KRC Genk

KRC Genk

© Belga

Après la conquête du titre de Champion de Belgique et une mémorable campagne européenne, la tâche qui attend le successeur de Philippe Clément est loin d'être une sinécure. Le choix des dirigeants limbourgeois s'est finalement porté sur Felice Mazzù, 53 ans. Sacré entraîneur de l'année en 2017, Mazzù quitte le Sporting de Charleroi après six années de bons et loyaux services. Gageons qu'il mettra la même conviction et la même énergie à diriger Genk que les Carolos.

Club Bruges

Club Bruges

© Belga

Vainqueur du championnat 2017-2018, Ivan Leko dut céder sa couronne au KRC Genk la saison dernière. Un titre conquis par les Limbourgeois sous la houlette de Philippe Clément. En mai dernier, les dirigeants « Blauw & Zwart » et le coach croate décidaient d'un commun accord de mettre un terme à leur collaboration. C'est donc le grand retour de Philippe Clément au stade Jan Breydel, là où il a passé dix ans en tant que joueur (de 1999 à 2009) et entamé sa carrière d'entraîneur adjoint en 2011.

Sporting d'Anderlecht

Sporting d'Anderlecht

© Belga

Nous avons gardé le meilleur pour la fin. Le 19 mai dernier, après avoir révélé son départ de Manchester City, Vincent Kompany surprenait tout son monde en annonçant son retour à Anderlecht en tant que joueur-entraîneur. En d'autres termes, Vince The Prince fixera la composition de l'équipe, ainsi que la tactique, tout en participant activement au jeu. Dans un communiqué, la direction du club bruxellois a indiqué que Simon Davies, le nouveau coach principal des Mauves, « assistera Vincent Kompany dans le développement de sa vision du football. »

Dossiers

Top
t