La moitié de la Proximus League a mis ses joueurs au chômage technique

© Belga