On this day: l'Espagne pleure le décès du football José Antonio Reyes

Il y a des jours comme ça que l'on espère voir passer le plus vite possible. Le 1er juin restera à jamais une date douloureuse pour la famille de José Antonio Reyes. En effet, il y a un an jour pour jour, le footballeur espagnol perdait la vie dans un accident de voiture.
On this day: l'Espagne pleure le décès du football José Antonio Reyes

© Belga/AFP

José Antonio Reyes fait ses preuves dès le plus jeune âge en Espagne. Alors qu'il n'a que 16 ans, il débute en équipe première au FC Séville, la ville où il a grandi et où il allait connaître de grands succès avec le club local. Cependant, l'Andalou doit d'abord s'expatrier pour recevoir pleinement sa chance. En 2004, il rejoint Arsenal. Cette année-là, les Gunners remportent la FA Cup et le titre en Premier League. L'équipe reçoit alors le surnom des Invincibles car Arsenal ne perd pas le moindre match au cours de la saison. Il s'agit aussi du dernier titre des Londoniens jusqu'à aujourd'hui.

Suite à la concurrence acharnée avec Thierry Henry et Robin Van Persie, entre autres, Reyes est prêté au Real Madrid. Il y célébrera son seul titre national. La Maison Blanche décide cependant de ne pas conserver le joueur. Son rival, l'Atlético Madrid, profite de l'aubaine pour le faire signer. Avec les Colchoneros, il remporte plusieurs succès européens en gagnant deux fois l'Europa League et une fois la Supercoupe d'Europe. En 2012, Reyes s'apprête enfin à faire son retour au FC Séville, là où tout a commencé. Avec le club de son cœur, l'Espagnol remporte l'Europa League trois fois de suite. Cela lui vaut le surnom de Mister Europa League avec cinq victoires au total. International à 21 reprises, il fait notamment partie du noyau espagnol pour la Coupe du monde 2006.

Un drame familial

Un drame familial

© Belga/AFP

Le 1er juin 2019, Reyes connaît un destin tragique à seulement 35 ans. Avec deux cousins, il est en route pour sa ville natale d'Utrera, près de Séville. Reyes, alors encore footballeur en deuxième division espagnole à Extremadura, perd le contrôle du volant après que le pneu arrière gauche de sa voiture ait éclaté. Lancée à 193 km/h, le bolide du joueur sort de la route, se renverse et prend feu. L'homme meurt sur le coup, tout comme l'un de ses cousins. L'autre est emmené à l'hôpital avec de graves blessures et brûlures. Il en sortira finalement vivant.

La nouvelle frappe comme une bombe le monde du football espagnol. Sa famille, surtout, vit un véritable cauchemar. Movistar TV a récemment diffusé un reportage sur le FC Séville, dans lequel le père de Reyes s'est exprimé. "Vous ne pouvez même pas imaginer la peine que nous avons. Je vais au cimetière tous les jours à 9 heures du matin", souligne Paco Reyes. "Ma femme a déjà perdu 15 kilos et en sort à peine. Vous y pensez tous les jours, on vous le rappelle de toutes les façons possibles. C'est pourquoi je n'ai pas vu le moindre match depuis sa mort. Et certainement pas un duel de Séville, car cela fait trop mal. Son Séville était tout pour lui".

Pourtant, dans quelques années, nous pourrions voir le nom de Reyes refaire surface dans le football espagnol. Le fils de José Antonio, José Reyes Jr, n'a que 12 ans mais il est actuellement présent au sein du centre de formation du Real Madrid. Lors d'un tournoi de jeunes à la fin de l'année dernière, il a donné la victoire au Real Madrid grâce à un coup du chapeau en finale. Il est également devenu le meilleur buteur et a été élu meilleur joueur du tournoi. Percer dans le monde du sport serait certainement un bel hommage qu'il pourrait rendre au nom Reyes et à son père.

La rubrique "On this day" vous intéresse ? Revivez le triste anniversaire du drame du Heysel.

Top
t