Dodi Lukebakio: “On ne se sent pas libre, il faut faire attention à tout”

Pour ce 4e épisode du Grand Débrief version "lockdown", Vincenzo Ciuro et ses consultants recevaient cette fois Dodi Lukebakio, qui a repris la compétition en Allemagne, ainsi que Thierry Dailly, le président du RWDM qui s'apprête à réintégrer la D1B.

© DPA

La Bundesliga est le premier grand championnat européen de football à avoir repris ses droits le week-end dernier. Sous des conditions très strictes, certains de nos compatriotes ont donc pu retrouver le chemin des terrains et la compétition après deux mois d’interruption. Ce fut notamment le cas de l’attaquant Dodi Lukebakio, qui se rendait à Hoffenheim avec le Hertha Berlin.

Une situation très particulière à vivre, comme il nous l’a confié: “Cela fait plaisir de reprendre, mais c’est bizarre sans les supporters. C’est particulier, il faut mettre des masques, garder ses distances avec tout le monde… On sent qu’on n’est pas libre, il faut faire attention à tout.”



Pour son match de reprise, le Hertha Berlin, où évolue également Dedrick Boyata, s’est largement imposé sur la pelouse d'Hoffenheim (0-3). Une nette domination qui s’explique entre autres, selon l'ancien joueur de Charleroi, par la meilleure forme physique de son équipe. “Nous avons tous très bien bossé et étions physiquement plus en forme qu’Hoffenheim et cela a payé. Nous sommes très satisfaits du travail effectué en coulisse et espérons continuer sur ce chemin-là.”

La préparation de ce match de reprise fut également particulière pour les joueurs, testés deux fois par semaine et qui devaient éviter les contacts lors des entraînements collectifs. “Nous avons vécu une semaine tous ensemble. Il a fallu s’habituer et se remettre rapidement dans le bain, alors qu’on avait perdu l’habitude de jouer contre des adversaires. Cette victoire nous donne en tout cas de la confiance pour la suite du championnat.”

"C'est le trophée de la gestion"

"C'est le trophée de la gestion"

© Belga

Le feuilleton des licences a encore fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. Le non-octroi des licences à Virton et Roulers couplé à la faillite de Lokeren a notamment permis au RWDM de réintégrer le football professionnel. Son président Thierry Dailly est venu partager son enthousiasme à la suite de cette nouvelle. "C’est quelque chose d’énorme pour le club, pour l’académie, pour nos supporters, nos sponsors. En cinq ans, nous avons réalisé un superbe parcours avec une bonne gestion et le travail a payé. Ce n’est que du bonheur."

C’est le trophée de la bonne gestion. Dans le football professionnel, il faut être au top dans tous les secteurs: sportif, administratif, financier… Notre bonne gestion nous a permis d’arriver là où nous sommes aujourd’hui.”

Avec un budget limité qui tournera autour des 2 millions d’euros, peut-on envisager une reprise du club par un investisseur étranger? “Il faut rester ouvert à tout. Qu’un investisseur soit étranger ou belge, le football reste une entreprise. Nous souhaitons en tout cas rester un vrai club belge et bruxellois. On a encore le temps pour analyser tout ça et prendre les bonnes décisions.”



Au point de vue sportif, l’homme fort du club molenbeekois entend prôner la stabilité et conserver son staff actuel. “Et pourquoi pas faire venir des grands noms pas chers?”, glisse-t-il avec un sourire.

Revivez ci-dessous l'intrégalité du Grand Débrief, avec notamment un débat de nos consultants sur la décision de sacrer le Club Bruges et reléguer Waasland-Beveren:

Top
t