La compétition régulière en 10 moments clés.

Au lendemain de la dernière journée de la phase classique, le verdict est enfin tombé : Genk, le Club Bruges, le Standard, Anderlecht, la Gantoise et l'Antwerp disputeront les play-offs, tandis que Lokeren rejoint la division inférieure. Alors que le coup d'envoi des play-offs vient d'être donné, nous vous proposons de revenir sur dix moments clés des trente premières journées de la saison 2018-2019.

La compétition régulière en 10 moments clés

La compétition régulière en 10 moments clés

© Belga

Départ en fanfare des favoris

Départ en fanfare des favoris

© Belga

12 sur 12 pour Anderlecht, 10 sur 12 pour le Club Bruges et Genk. Les cadors de notre championnat ont démarré la saison sur les chapeaux de roue. Avec respectivement 7 et 8 points sur 12, les premiers clubs à courber l'échine prématurément et à entamer une course poursuite furent la Gantoise et le Standard. Lanterne rouge après cinq rencontres sans avoir pris le moindre point, Mouscron prit la décision de se séparer de Frank Defays, première victime de la valse des entraîneurs. Quant à Claude Makélélé, le coach du KAS Eupen, il a survécu à un piètre 0 sur 12, avant de réussir à qualifier le club pour les Play-offs 2 pour la première fois de son histoire. Waasland-Beveren démarra la saison par un 3 sur 12 et dut attendre la neuvième journée de championnat pour enregistrer sa première victoire. Trois défaites et trois partages plus tard, Yannick Ferrera fut contraint de jeter l'éponge. Avec 1 point sur 12, Lokeren connut également un début de saison catastrophique, avec la suite que l'on connaît.

La valse des entraîneurs

La valse des entraîneurs

© Belga

Remercié par Mouscron le 30 août 2018, après un début de saison catastrophique, Frank Defays fut le premier entraîneur limogé de la saison 2018-2019. Il fut suivi, dans la foulée, par Yves Vanderhaeghe (La Gantoise), Peter Maes (Lokeren), Yannick Ferrera (Waasland-Beveren), Glen De Boeck (Courtrai), Hein Vanhaezebrouck (Anderlecht) et Trond Sollied (Lokeren bis). Dernier changement en date : suite à la démission de Gert Verheyen de son poste d'entraîneur du KV Ostende, l'intérim est assuré par Hugo Broos.

Anderlecht : quand l'espoir fait place à la désillusion

Anderlecht : quand l'espoir fait place à la désillusion

© Belga

Un départ en fanfare suivi d'une descente aux enfers. Après un début de saison ponctué par un 12 sur 12, les « Mauves » enchaînèrent les nuls et les défaites. Critiqué de toutes parts pour sa politique de transferts, le manager sportif Luc Devroe fut remplacé par Michael Verschueren en novembre 2018, sans que ce changement n'apporte l'électrochoc escompté. La défaite face au Cercle de Bruges le 16 décembre 2018 sonna le glas d'Hein Vanhaezebrouck, remercié « pour défaut de résultats et de jeu ». L'intronisation de Fred Rutten comme entraîneur en janvier dernier marqua le début d'une lente mais inexorable remontée. Sixièmes en décembre, les Anderlechtois terminèrent la saison régulière à la quatrième place.

Le jeu trop rugueux de l'Antwerp et le football virevoltant de Saint-Trond

Le jeu trop rugueux de l'Antwerp et le football virevoltant de Saint-Trond

© Belga

Le Royal Antwerp et le STVV sont incontestablement les deux révélations de la saison 2018-2019. Troisième du championnat fin janvier, dans le sillage immédiat de Genk et du Club Bruges, l'Antwerp a vu sa saison entachée par des reproches concernant la virilité de son jeu. Quoi qu'il en soit, le « Great Old » réalise une saison extrêmement convaincante. Quant aux Trudonnaires, sous la houlette de Marc Brys, ils ont séduit tous les observateurs grâce à un football chatoyant à souhait. Battus par La Gantoise lors de la dernière journée de la phase classique, les « Canaris » échouèrent de justesse aux portes des Play-offs 1.

La Gantoise et le Standard : des hauts et des bas

La Gantoise et le Standard : des hauts et des bas

© Belga

Pratiquement intraitables à domicile, les « Rouches » éprouvent d'énormes difficultés à s'imposer en déplacement. En dépit d'une saison en dents de scie, les hommes de Michel Preud'homme ont fini par se qualifier assez facilement pour les PO1. Les « Buffalos », en revanche, eurent bien du mal à se maintenir dans le top 6. Dès l'été dernier, la confiance entre la direction du club et le coach Yves Vanderhaeghe semblait ne tenir qu'à un fil. Il fallut cependant attendre le 8 octobre 2018 et la débâcle 1-5 face à Genk pour que le club se sépare de son entraîneur. Quant à Jess Thorup, le successeur de Vanderhaeghe, il mit un certain temps à restaurer la confiance. Les supporters durent patienter jusqu'à la dernière journée de la phase classique pour voir leur équipe se qualifier pour les PO1.

Genk a compté jusqu'à onze points d'avance

Genk a compté jusqu'à onze points d'avance

© Belga

Le 10 février dernier, l'écart de points entre Genk et son plus proche poursuivant, le Club Bruges, s'établissait à onze points. Un véritable gouffre ! Deux jours plus tôt, les Limbourgeois s'étaient imposés face au Standard sur le score de 2-0. Dans le même temps, les « Blauw & Zwart » concédaient leur second match nul en une semaine, à l'issue d'un derby extrêmement disputé face au Cercle.

Mouscron meilleure équipe en 2019

Mouscron meilleure équipe en 2019

© Belga

Invaincus depuis le début de l'année civile, les « Hurlus » ont subi leur première défaite le 30 mars, à l'occasion de leur entrée en lice dans le groupe B des PO2. En démarrant l'année par six succès consécutifs acquis, notamment, aux dépens de La Gantoise et de Genk, l'Excel a établi un record historique sans précédent. Les Mouscronnois ont clôturé la saison régulière sur deux partages et une victoire en déplacement au Club Bruges lors de la dernière journée. Soit un total de 23 points sur 27 et un statut d'invaincus avant d'entamer les Play-offs 2.

Le KSC Lokeren relégué en D1B

Le KSC Lokeren relégué en D1B

© Belga

Après 23 ans passés en première division, les Flandriens avaient besoin d'un miracle pour se maintenir parmi l'élite. La défaite subie à domicile face au Sporting d'Anderlecht le 3 mars dernier (1-2) n'a fait que confirmer ce que d'aucuns pressentaient depuis plusieurs semaines. En dépit d'un triple changement d'entraîneur, Lokeren est bel et bien la plus mauvaise équipe du championnat 2018-2019, ce qui justifie sa relégation. À moins, bien sûr, que l'Opération Mains Propres ne vienne modifier le cours de l'Histoire.

Le KRC Genk assuré de disputer une Coupe européenne

Le KRC Genk assuré de disputer une Coupe européenne

© Belga

Même si le titre est loin d'être acquis, les Limbourgeois sont d'ores et déjà assurés d'un ticket européen la saison prochaine. En s'adjugeant la première place du classement après trente journées de compétition régulière, le KFC Genk a conquis d'office le droit de disputer les phases de poules de l'Europa League. Un dénouement sans grande surprise, les « Bleu et Blanc » occupant la tête depuis la dixième journée. Quant au Club Bruges, grâce notamment à une magnifique victoire 3-1 sur Genk, il est parvenu à surmonter son passage à vide de début février et à revenir à six points de son rival. Suite à la défaite subie à domicile face à Mouscron lors de l'ultime journée de la compétition classique, les « Blauw & Zwart » ont entamé les PO1 avec un retard de quatre points sur Genk.

Anderlecht ne lâche rien

Anderlecht ne lâche rien

© Belga

Le Sporting a dû attendre la 29e journée pour être sûr de disputer les Play-offs 1, ce qui est limite pour un prétendant au titre. Durant toute la saison, les « Mauves » ont multiplié les contre-performances. Contre toute attente, les pensionnaires du stade Constant Vanden Stock (qui sera bientôt rebaptisé) ont entamé les PO1 à la quatrième place, à seulement six points de Genk. Une remontée due, notamment, aux nombreux points perdus par le leader au cours des dernières semaines. La grosse déception de la trentième journée fut pour Saint-Trond. Ayant figuré parmi le top six pendant une bonne partie de la saison, les « Canaris » ont dû renoncer à disputer les Play-offs 1 suite à leur défaite face à La Gantoise lors de la dernière journée de la phase régulière.

Top
t