Le onze de rêve des Diables Rouges: le milieu droit

Pour le septième épisode de notre série visant à dresser le onze idéal de notre équipe nationale, nous vous proposons de choisir parmi quatre noms le milieu droit qui aura sa place dans votre onze ultime.
Le onze de rêve des Diables Rouges: le milieu droit

© Belga

1. Mbo Mpenza

Sous les ordres de Georges Leekens, Mbo Mpenza fait ses débuts en équipe nationale le 29 mars 1997 contre le Pays de Galles en qualification  pour la Coupe du monde en France. Repris dans le groupe de la Belgique pour le Mondial 98, l'ancien joueur du Standard et d'Anderlecht ne disputera que 45 minutes lors du troisième match de poules face à la Corée du Sud.

Présent à l'Euro 2000 et à la Coupe du monde 2002, Mbo Mpenza est notamment titulaire lors du match mémorable perdu face au futur champion du monde, le Brésil, malgré une résistance extraordinaire. L'avant-centre, qui pouvait également évoluer au poste du milieu droit, a inscrit 3 buts en 56 caps chez les Diables Rouges.

© Reuters

2. Dries Mertens

Lancé également par Georges Leekens en 2011, Dries Mertens possède dans un premier temps un statut de joker de luxe. Évoluant au PSV Eindhoven, l'ailier droit réalise une masterclass en match amical face aux Pays-Bas au stade Roi Baudouin en 2012. Alors que la Belgique est menée au score 1-2, Dries Mertens monte au jeu et égalise huit minutes après son entrée. Il délivre ensuite deux passes décisives à Romelu Lukaku et Jan Vertonghen pour porter le score à 4-2.

À la Coupe du monde 2014, sous les ordres de Marc Wilmots, il débute à nouveau sur le banc lors de la première rencontre des phases de poules mais gagne sa place de titulaire en offrant la victoire aux Belges face à l'Algérie. Dries Mertens dispute également l'Euro 2016 et la Coupe du monde 2018, c'est notamment lui qui inscrit le premier but des Diables Rouges en Russie. En 90 sélections, l'attaquant de Naples a pour l'instant planté 18 roses et délivré 27 assists.

© Imago

3. Julien Cools

Raymond Goethals offre à Julien Cools sa première cap chez les Diables Rouges le 1er juin 1974. En tout, il portera la vareuse de l'équipe nationale à 34 reprises. Capitaine de la Belgique de 1977 à 1980, il porte notamment sa sélection jusqu'en finale de l'Euro 1980.

En phase de groupes, dans une poule composée de l'Angleterre, de l'Espagne et de l'Italie, la Belgique parvient à terminer à la première place. Si elle partage l'enjeu face aux Anglais et aux Italiens, la phalange de Guy Thys se montre plus forte que les Espagnols. Eric Gerets ouvre le score pour les Diables Rouges en première période avant que Quini n'égalise avant le repos. C'est finalement Julien Cools qui offrira un succès précieux aux Belges.

© Belga

4. Gert Verheyen

Paul Van Himst est celui qui donne sa chance en premier chez les Diables Rouges à Gert Verheyen en octobre 1994. L'ancien attaquant du FC Bruges inscrit pas moins de 10 buts en 50 apparitions avec la Belgique. Présent à la Coupe du monde 1998, Verheyen y vit son pire moment en étant exclu lors du match nul face au Mexique. Son tournoi se termine d'ailleurs sur ce coup du sort puisque la Belgique n'ira pas plus loin que les poules.

Quatre ans plus tard, après avoir aussi joué l'Euro 2000, le Mondial 2002 lui sourira davantage. Dans la peau du capitaine, Gert Verheyen participe grandement à la qualification des Diables Rouges pour la Coupe du monde au Japon et en Corée du Sud. En barrages face à la République tchèque de Pavel Nedved, il inscrit le seul but de la rencontre au stade Roi Baudouin avant de provoquer le penalty qui amènera l'unique but du match en terres tchèques. En 2002, le joueur qui pouvait aussi bien jouer milieu droit ou attaquant fut vice-capitaine de la Belgique et le deuxième homme fort des troupes de Robert Waseige derrière l'emblématique Marc Wilmots.

Top
t