Tout ce qu'il faut savoir à propos de la Coupe d'Asie des Nations qui débute le 5 janvier

L'été dernier, les amateurs de ballon rond ont eu droit à un Mondial palpitant. En ce mois de janvier 2019, c'est au tour des fans asiatiques d'exulter. Du 5 janvier au 1er février, la planète foot aura en effet les yeux tournés vers la Coupe d'Asie des Nations ou Asian Cup. Un tournoi chargé d'histoire dont l'importance croît de jour en jour. Découvrez tout ce qu'il faut savoir à propos de cette compétition plus que soixantenaire.
Tout ce qu'il faut savoir à propos de la Coupe d'Asie des Nations qui débute le 5 janvier

Première édition

Première édition

La première édition de la Coupe d'Asie des Nations a eu lieu à Hong Kong en septembre 1956. À l'instar du Mondial et de l'Euro, cette compétition est organisée tous les quatre ans. La phase finale de la première édition réunissait quatre équipes : le pays organisateur (Hong Kong), la Corée du Sud, le Sud-Vietnam et Israël. À l'époque, le tournoi était disputé à la manière d'une phase de groupes : la nation ayant engrangé le plus grand nombre de points était déclarée vainqueur. La Corée du Sud fut le premier pays à inscrire son nom au palmarès de l'Asian Cup.

Première finale

Première finale

Jusqu'en 1968, la phase finale réunissait quatre équipes (trois équipes du tour préliminaire plus le pays organisateur) et se déroulait selon le principe des phases de groupes. À partir de l'édition 1972 disputée en Thaïlande, le nombre de participants fut porté à six, avec un premier tour comprenant deux phases de poules de trois équipes, deux demi-finales et une finale. La première finale fut remportée par l'Iran face à la Corée du Sud, la Thaïlande terminant sur la troisième marche du podium.

L'édition de 2007

L'édition de 2007

Créée en 1956, la Coupe d'Asie des Nations se déroule tous les quatre ans. Dès lors, comment se fait-il qu'une édition ait lieu en 2019 ? En 2004, la Confédération Asiatique de Football (CAF) décida de décaler d'un an l'organisation de la quatorzième édition de l'épreuve, afin d'éviter que l'événement ne soit en concurrence médiatique avec les Jeux olympiques d'été et le Championnat d'Europe de football. La Coupe d'Asie de 2008 fut donc avancée d'un an, 2007 étant une année relativement pauvre en événements sportifs d'envergure. Pour l'anecdote, l'édition 2007 comprenait seize équipes participantes et quatre pays organisateurs : l'Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et le Vietnam, la victoire finale revenant à l'Irak.

24 participants

24 participants

Le nombre de participants à la Coupe d'Asie des Nations n'a cessé de croître au fil du temps. L'édition 2019, qui se déroulera dans les Émirats arabes unis, comptera pour la première fois vingt-quatre participants (contre seize en 2004), répartis en six groupes de quatre nations. Les deux premières équipes de chaque groupe, ainsi que les quatre meilleures troisièmes, seront qualifiées pour les huitièmes de finale.

Le Japon, pays de tous les records

Le Japon, pays de tous les records

Avec quatre médailles d'or en huit participations, le Japon détient le record du nombre de victoires en Coupe d'Asie des Nations. Les quatre autres participations se résument comme suit : une élimination en phase de groupes, deux quarts de finale et une quatrième place.

Meilleur buteur

Meilleur buteur

Que le titre de meilleur buteur de la Coupe d'Asie des Nations soit détenu par l'attaquant iranien Ali Daei ne surprendra personne. Âgé aujourd'hui de 49 ans, l'ex-capitaine de l'équipe d'Iran détient, avec 109 réalisations en 149 rencontres, le record mondial du nombre de buts inscrits en sélection nationale. Avec 14 goals en trois participations, il est également le meilleur buteur de tous les temps en Coupe d'Asie. Seul regret : malgré ce nombre impressionnant de buts marqués, il n'a jamais eu l'occasion de lever la coupe.

Nations participantes

Nations participantes

Groupe A : Émirats arabes unis (pays organisateur), Thaïlande, Inde, Bahreïn
Groupe B : Australie, Syrie, Palestine, Jordanie.
Groupe C : Corée du Sud, Chine, Kirghizistan, Philippines.
Groupe D : Iran, Irak, Vietnam, Yémen.
Groupe E : Arabie saoudite, Liban, Qatar, Corée du Nord.
Groupe F : Japon, Ouzbékistan, Oman, Turkménistan

Villes et stades

Villes et stades

Huit stades répartis dans quatre villes accueilleront la Coupe d'Asie des Nations 2019.

Zayed Sports City Stadium (43 630 places)
Mohammed bin Zayed Stadium (42 056 places)
Al Nahyan Stadium (12 000 places)
Maktoum bin Rashid Stadium (12 000 places)
Al-Maktoum Stadium (15 000 places)
Hazza bin Zayed Stadium (25 965 places)
Khalifa bin Zayed Stadium (16 000 places)
Sharjah Stadium (11 073 places)

Joueurs évoluant en Belgique

Joueurs évoluant en Belgique

À l'instar de la Coupe d'Afrique, l'Asian Cup fait appel à de nombreux joueurs évoluant dans les championnats étrangers, notamment en Belgique. Ce qui n'est pas forcément du goût des clubs concernés, obligés de se passer de certains joueurs phares durant le mois de janvier. C'est notamment le cas de plusieurs joueurs évoluant dans notre championnat :

Danny Vukovic (Genk) défendra les couleurs de l'Australie
Morteza Pouraliganji (Eupen), Ali Gholizadeh (Charleroi) et Kaveh Rezaei (Club Bruges) défendront les couleurs de l'Iran
Wataru Endo et Takehiro Tomiyasu (Saint-Trond) défendront les couleurs du Japon
Kawin Thamsatchanan (OH Louvain) défendra les couleurs de la Thaïlande
Vital Borkelmans est le sélectionneur fédéral de la Jordanie

Précédente édition

Précédente édition

En 2015, le tournoi était pour la première fois organisé par l'Australie, membre de la Confédération asiatique de football depuis 2005. Le pays organisateur termina deuxième de son groupe, après une défaite face à la Corée du Sud. Les deux équipes se retrouvèrent en finale, où l'Australie prit sa revanche sur le score de deux buts à un. L'Australien Massimo Luongo marqua le but d'ouverture en toute fin de première mi-temps. Son Heung-min, la star de Tottenham, arracha l'égalisation dans le temps additionnel, tandis que l'Australien James Troisi anéantissait tous les espoirs de la Corée du Sud durant les prolongations.

Top