Main de Dieu, cocaïne et carabine : la vie invraisemblable de Maradona

Pour beaucoup, Diego Maradona est le meilleur footballeur de tous les temps. Mais que ce soit pendant ou après sa carrière active, la superstar brésilienne s’est souvent montrée sous un jour négatif. Maradona a été dépendant à la cocaïne, a entretenu des liens avec la mafia, a insulté le pape et a tiré sur des journalistes. L’histoire invraisemblable de l’un des joueurs les plus géniaux de tous les temps en onze épisodes.
Main de Dieu, cocaïne et carabine : la vie invraisemblable de Maradona

© Belga/EPA

Bagarre contre Bilbao

Bagarre contre Bilbao

© Belga/EPA

Barcelone paie en 1982 un montant record de 8 millions d’euros à Boca Juniors pour acheter Maradona. Pendant sa deuxième saison, il est victime d’une fracture de la jambe provoquée par un tacle d’Andoni Goikoetxea lors d’un match contre l’Athletic Bilbao. Lors de la finale de la Copa del Rey contre ce même Athletic, Maradona s’en prend délibérément à un adversaire et provoque une bagarre générale. L’été suivant, le Barça vendra Maradona à Naples…

Le dieu de Naples

Le dieu de Naples

© Belga/EPA

Après avoir fui l’Espagne, Maradona se retrouve donc en 1984 dans le sud de l’Italie où il devient une légende en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Cela n’a rien d’étonnant. La superstar argentine se libère totalement et apporte à Naples ses deux premiers titres nationaux, une coupe, une supercoupe et la coupe UEFA. Maradona est également couronné deux fois meilleur buteur de la Série A.

La Main de Dieu

La Main de Dieu

© Belga/EPA

1986 est la grande année de la carrière de Maradona. Lors du quart de finale de la Coupe du Monde contre l’Angleterre, il ouvre le score en marquant de la main, mais l’arbitre ne le voit pas. Plus tard, Maradona dira qu’il a marqué avec la Main de Dieu. Il ne reconnaîtra sa faute qu’en 2006. L’Argentine devient championne du monde cette année-là.

Cocaïne, mafia et prostituées

Cocaïne, mafia et prostituées

© Belga/EPA

Maradona est une légende vivante à Naples, mais c’est aussi à Naples que débute son déclin. En 1991, il est pris en train de consommer de la cocaïne et est suspendu pendant 15 mois, ce qui marque la fin de son épisode glorieux à Naples. Ajoutons à cela qu’il a des accointances avec la mafia, fréquente des prostituées et a un fils hors mariage.

Tir sur des journalistes

Tir sur des journalistes

© Belga/EPA

Après un passage raté à Séville, la carrière de Maradona s’enlise et il repart dans son pays natal. Là, les journalistes campent devant sa porte en 1984. Toujours en train de se battre contre son addiction à la cocaïne, Maradona pète les plombs. Armé d’une carabine, il tire sur les journalistes et sera condamné quatre ans plus tard à une peine d’emprisonnement.

Contrôle positif en 1994

Contrôle positif en 1994

© Belga/EPA

À 33 ans, Maradona est depuis plusieurs années sur la mauvaise voie. L’alcool et la drogue coulent à flots chez Diego qui part aux États-Unis pour un nouvel épisode international. Ses débuts là-bas sont plutôt chaotiques et il perd 23 kilos en six semaines. Pas n’importe comment puisqu’il sera contrôlé positif au dopage lors de la Coupe du Monde 94. Ce sera sa dernière apparition en tant qu’international.

Critique du pape

Critique du pape

© Belga/EPA

Non, Maradona n’est pas un fan du pape, et certainement pas du pourtant très aimé Jean-Paul II. Alors qu’il séjourne à Cuba chez son ami Fidel Castro pour se remettre d’une énième overdose de drogue, il traite le pape de fils de pute lors d’une émission de télévision et critique sa richesse alors que tant de personnes meurent de faim. Il en rajoute une couche en 2005 après la mort du pape. Par contre, il apprécie le pape François.

Overdose et crise cardiaque

Overdose et crise cardiaque

© Belga/EPA

En 2004, Maradona est emmené aux urgences après une grave crise cardiaque. La conséquence d’une overdose à la cocaïne dont il ne parvient manifestement pas à se libérer. En 2017 aussi, il sera admis d’urgence à l’hôpital et la même chose est arrivée en 1997 au Chili, après qu’il ait fait un malaise pendant une interview télévisée.

Jeu de ni oui, ni non aux Émirats Arabes Unis.

Jeu de ni oui, ni non aux Émirats Arabes Unis.

© Belga/EPA

Jusque peu de temps avant l’été, Maradona travaillait au Fujairah FC, un club de deuxième division dans les Émirats Arabes Unis. Il en est parti après avoir manqué de justesse (et à cause d’une boulette du gardien) la promotion. Réengagé trois jours plus tard, il finit par partir dans un autre club juste avant la Coupe du Monde en Russie.

Il dépasse les bornes contre le Nigeria

Il dépasse les bornes contre le Nigeria

© Belga/EPA

Lors de la Coupe du Monde 2018, l’Argentine devait gagner le dernier match de groupe contre le Nigeria. Dès avant le match, Maradona vole la vedette en dansant avec des femmes nigérianes et les choses ne cessent de dégénérer. Il s’endort, fait des gestes obscènes après le but de la victoire et doit finalement être porté pour sortir du stade et recevoir des soins médicaux.


Président et entraîneur du Dynamo Brest

Président et entraîneur du Dynamo Brest

© Belga/EPA

Il a signé avant la Coupe du Monde son contrat avec le vainqueur de la coupe de Biélorussie et a débuté sa mission après le tournoi. Son entrée dans l’ex-club de Marvin Oginjimi n’est pas passée inaperçue. Maradona est arrivé dans un tank et a décrété qu’il aimerait beaucoup rencontrer Alexandre Lukashenko, le président autocrate de la Biélorussie.

Top