Les 11 plus gros salaires du foot féminin

Même s'il convient de le regretter, les femmes sont, à travail égal, toujours moins bien payées que les hommes...
Les 11 plus gros salaires du foot féminin

© EPA

Même s'il convient de le regretter, les femmes sont, à travail égal, toujours moins bien payées que les hommes. Et il en va de même dans le foot, où les écarts sont encore plus énormes. La footballeuse la mieux payée gagne en effet plus de cent fois moins que son homologue masculin. Cependant, si toutes ne roulent pas sur l'or, d'autres sont loin d'être à plaindre. Nous en avons sélectionné onze (dans l'ordre croissant).

Laure Boulleau

Laure Boulleau

© EPA

Au PSG, Neymar touchera un salaire annuel de quelque 60 millions d'euros. Un montant indécent, à l'échelle de la démesure des rémunérations qui gangrènent le monde du ballon rond. Avec « à peine » 51 000 euros annuels, Laure Boulleau, l'arrière latérale gauche du PSG et joueuse française la mieux payée, fait vraiment figure de parent pauvre par rapport à la star brésilienne.

Jonelle Filigno

Jonelle Filigno

© EPA

À 27 ans à peine, l'attaquante a décidé cette année de tirer un trait sur sa carrière internationale. Membre de l'équipe canadienne ayant remporté le bronze lors des JO de Londres en 2012, Jonelle Filigno se consacre désormais pleinement à sa carrière en club. Elle évolue actuellement aux États-Unis, plus précisément au Sky Blue FC, pour un salaire annuel de 51 000 euros.

Hope Solo

Hope Solo

© EPA

Hope Solo, qui illustre le mème Internet « If your girlfriend looks like this, she's a keeper », est probablement la joueuse la plus rock'n'roll du circuit féminin. Connue pour ses nombreuses incartades, la gardienne de but emblématique de l'équipe des États-Unis, dont elle défendit la cage seize années durant, écopa en 2016 d'une suspension de six mois pour avoir traité les joueuses de l'équipe suédoise de « bande de lâches ». Depuis 2013, elle évolue sous le maillot du Seattle Reign FC et touche un salaire annuel de 56 000 euros.

Nilla Fischer

Nilla Fischer

© EPA

Originaire de Kritianstad en Suède, Nilla Fischer évolue actuellement au VfL Wolsburg aux côtés de notre compatriote Tessa Wullaert, la star des « Red Flames ». Le club allemand lui octroie un salaire annuel de 58 000 euros. Après avoir remporté la Ligue des Champions féminine en 2014, elle participa également à la finale de cette compétition en 2016, gagnée par l'Olympique lyonnais. Comme défenseur, elle disputa cent cinquante rencontres sous le maillot de l'équipe nationale suédoise et décrocha la médaille d'argent lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Amandine Henry

Amandine Henry

© EPA

Atout majeur de l'équipe de France féminine, les « Bleues », Amandine Henry a rejoint les États-Unis en 2016, après neuf saisons passées sous la vareuse de l'Olympique lyonnais. Elle défend actuellement les couleurs du Portland Thorns FC pour un salaire annuel de 60 000 euros.

Nicole Banecki

Nicole Banecki

© EPA

L'attaquante allemande fait partie de la génération prometteuse qui s'imposa lors des premiers Championnats d'Europe féminins des moins de dix-sept ans (saison 2007-2008). Fidèle à son pays d'origine, elle défend aujourd'hui les couleurs du FC Fribourg et touche le salaire non négligeable de 77 000 euros annuels.

Sydney Leroux

Sydney Leroux

© EPA

Âgée aujourd'hui de vingt-sept ans, l'attaquante américano-canadienne faisait partie de l'équipe américaine médaillée d'or aux JO de Londres en 2012, ainsi que de la sélection ayant remporté la Coupe du Monde en 2015. Passée successivement par Vancouver, Seattle, Boston et New York, elle porte actuellement le maillot de Kansas City, où son salaire avoisine les 80 000 euros annuels, ce qui, en termes de football féminin, représente un joli pactole.

Lieke Martens

Lieke Martens

© EPA

Auteure de trois buts et de deux passes décisives, l'attaquante néerlandaise a été désignée meilleure joueuse du dernier Euro féminin, remporté par les Pays-Bas au terme d'une finale haletante. Un bonheur n'arrivant jamais seul, elle a également concrétisé cet été un transfert extrêmement lucratif. Elle quitte en effet le club suédois du FC Rosengård, pour lequel elle a empilé la bagatelle de vingt buts la saison dernière, pour s'en aller tenter l'aventure sous des cieux plus cléments. Sous le maillot « blaugrana » du FC Barcelone, la Néerlandaise touchera un salaire de 200 000 euros.

Abby Wambach

Abby Wambach

© EPA

Âgée aujourd'hui de trente-sept ans, l'Américaine est retraitée depuis décembre 2015. Avec un salaire annuel de 254 000 euros, elle faisait partie à l'époque des joueuses les mieux payées. Meilleure buteuse de l'histoire du foot en sélection (hommes et femmes confondus) et désignée « FIFA World Player of the Year » en 2012, Abby fut également double médaillée d'or aux JO d'Athènes (2004) et de Londres (2012) et championne du monde avec la sélection américaine en 2015.

Alex Morgan

Alex Morgan

© EPA

Médaillée d'or aux JO de Londres en 2012 et vainqueur de la Coupe du Monde en 2015, la star de l'Orlando Pride s'est engagée pour six mois à l'Olympique lyonnais en décembre 2016. Avec ce transfert éclair, l'OL a réalisé une belle plus-value sportive, l'Américaine ayant largement contribué à la victoire du club en Championnat et en Coupe de France, ainsi qu'en Ligue des Champions. Afin d'attirer la surdouée américaine en France, le président Aulas lui a consenti un salaire d'environ 30 000 euros par mois.

Marta Vieira da Silva

Marta Vieira da Silva

© EPA

Adoubée par le Roi Pelé, qui la surnomme « La Pelé en jupe », sacrée meilleure joueuse mondiale à cinq reprises, la Brésilienne Marta Vieira da Silva arrive logiquement en tête des footballeuses les mieux payées. Dans son club actuel, l'Orlando Pride, elle touche la bagatelle de 429 000 euros annuels. Une somme à faire pâlir d'envie tous les smicards de la planète mais qui paraît de la roupie de sansonnet par rapport aux montants astronomiques alloués aux cadors que sont Neymar, Ronaldo ou Messi.

Top