Vive la science : les coureurs cyclistes croisent chaque jour des spécialistes en tout genre

Cyclisme et science sont pratiquement devenus indissociables. Qu'il soit humain ou matériel, chaque rouage est important et doit être parfaitement réglé. Explications.

À lire aussi : Tandem : la collaboration optimale entre Sep et Ken Vanmarcke
Vive la science : les coureurs cyclistes croisent chaque jour des spécialistes en tout genre

© Belga

L'alimentation

L'alimentation

© Belga

Si, de temps à autre, le très polyvalent Mathieu van der Poel et Thomas De Gendt, le roi de l'échappée, ne dédaignent pas un plat de frites, les cyclistes sont tenus de suivre un régime alimentaire extrêmement strict. Les impératifs nutritionnels ont pour objectif d'optimiser les prestations, l'endurance et la concentration des coureurs. Les protéines jouent un rôle majeur dans la prise de masse musculaire et favorisent la récupération. Quant aux hydrates de carbone que l'on trouve, notamment, dans le pain complet, le muesli ou les pâtes complètes, ils constituent la source la plus importante d'énergie. Pendant l'effort, il est indispensable d'absorber des sucres rapides, qui fournissent l'énergie immédiate. En compétition, Tom Boonen avait par exemple pour habitude de manger des sucreries.

La position sur le vélo

La position sur le vélo

© Belga

Douleurs cervicales, lombaires, pelviennes, tendinites, mal aux genoux, aux hanches, à la selle... autant de pathologies dues à une mauvaise position sur le vélo. Afin de les éviter et d'améliorer les performances, il est indispensable de procéder à une étude posturale. La position sur le vélo est spécifique à chaque cycliste en fonction de sa morphologie, de son niveau et de sa pratique. L'analyse posturale étudie notamment la manière dont le corps se meut, ainsi que la mobilité et la souplesse des muscles et des articulations. Les tests en soufflerie permettent d'optimiser l'aérodynamisme de la position.

Les capteurs de puissance (power meters)

Les capteurs de puissance (power meters)

© Belga

Les méthodes d'entraînement empiriques appartiennent au passé. Bienvenue dans l'ère des capteurs de puissance. Ceux-ci calculent l'énergie utilisée en pédalant. En multipliant la force par la vitesse de rotation des jambes, on obtient une valeur exprimée en watts (la puissance). Les capteurs de puissance permettent de quantifier objectivement le niveau de forme, d'adapter le programme d'entraînement et de mieux gérer l'effort.

Le matériel

Le matériel

© Belga

Cadre en aluminium ou en fibre de carbone, casque hardshell ou softshell, freins sur jantes ou à disques, mono ou double plateau... bien choisir son matériel est capital. De plus en plus, l'acier ou l'aluminium font place à la fibre de carbone, plus légère et plus confortable (meilleure absorption des chocs). Les vêtements bénéficient également des dernières avancées technologiques, ce qui peut parfois poser problème. On se souvient de la polémique liée à la combinaison portée par quatre coureurs de l'équipe Sky lors du contre-la-montre de Düsseldorf (Tour de France 2017). Deux équipes adverses (BMC et FDJ) ont reproché à Chris Froom et consorts d'avoir utilisé un « ajout aérodynamique » contraire au règlement. Il s'agissait de petites billes d'air, réparties sur les bras et les épaules, qui auraient permis d'améliorer l'aérodynamisme.

La récupération

La récupération

© Belga

Lorsque l'on effectue un effort long et intense, il est déconseillé de l'interrompre brusquement. C'est la raison pour laquelle Wout van Aert va se dégourdir les jambes sur des rouleaux une fois la ligne d'arrivée franchie. La course terminée, il est également indispensable de prendre une boisson de récupération riche en hydrates de carbone et en protéines. Afin de stimuler la circulation sanguine, nous préconisons un bain glacé, ainsi que le port de bas de contention. Last but not least : pour récupérer, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil. « Le Tour de France se gagne au lit », tel était le mantra du champion néerlandais Joop Zoetemelk.

La reconnaissance du parcours

La reconnaissance du parcours

© Belga

La reconnaissance du parcours est un aspect essentiel de la préparation des coureurs. Où se situent les secteurs pavés, quels virages faut-il aborder en tête, quel développement adopter... ? Autant de paramètres qu'il est bon de connaître pour dompter le parcours et mener sa course à bien. Cerise sur le gâteau : la reconnaissance du parcours constitue également un excellent entraînement.

Les stages en altitude

Les stages en altitude

© Belga

Quel est le point commun entre Tiesj Benoot et Victor Campenaerts ? Tous deux peaufinent leur préparation en altitude (Sierra Nevada pour Benoot et Namibie pour Campenaerts). En altitude, l'oxygène se raréfie, ce qui induit une augmentation naturelle du nombre de globules rouges, lesquels assurent le transport de l'oxygène dans l'organisme et dans les muscles. Le rendement musculaire est donc amélioré par un meilleur apport d'oxygène.

Transpiration et perte de sel

Transpiration et perte de sel

© Belga

Lors d'un effort physique, le corps perd notamment de l'eau et des sels minéraux. La déshydratation est à l'origine de douleurs musculaires, de crampes et de tendinites. C'est dire l'importance de s'hydrater régulièrement. Lors d'un effort de longue durée, on constate également une perte de sel via la sueur. Si cette perte n'est pas compensée, on risque une déficience en sodium sanguin, laquelle se manifeste par des crampes, des troubles musculaires, de la fatigue, des vertiges et des céphalées.

Les cardiofréquencemètres

Les cardiofréquencemètres

© Belga

Les capteurs de fréquence cardiaque sont indispensables à la pratique du cyclisme. La fréquence cardiaque (indiquée en nombre de battements du cœur par minute) est le reflet du niveau d'activité de l'organisme. Il est par conséquent vital de la surveiller. Un cardiofréquencemètre indique la fréquence cardiaque avant, pendant et après l'effort. Il fournit une mine d'informations permettant de calibrer l'intensité des efforts et d'évaluer le volume maximal d'oxygène que l'organisme peut consommer par unité de temps.

Logiciels et laboratoires

Logiciels et laboratoires

© Belga

Afin d'être en permanence en top condition, les cyclistes comptent énormément sur la technologie et la science. Aujourd'hui, des logiciels innovants fournissent un grand nombre de données exploitables par le corps médical. Parallèlement, il existe des laboratoires spécialisés dans l'interprétation des tests. En Belgique, les plus connus sont Energy Lab et Bakala Academy.

Les psychologues du sport

Les psychologues du sport

© Belga

Wout van Aert, Sep Vanmarcke et Toon Aerts ne jurent que par leur coach mental. Ce dernier les a rendus plus forts mentalement. Tous trois reconnaissent qu'ils ont appris à relativiser, à se concentrer et à prendre confiance. Les psychologues du sport utilisent la parole et le dialogue pour aider l'athlète à dépasser ses limites mentales et atteindre les objectifs qu'il s'est fixés.

Top