Que deviennent les cyclo-crossmen après avoir raccroché leur vélo au clou ?

Une carrière de sportif de haut niveau ne dure pas éternellement. Et cette constatation vaut également pour les spécialistes des labourés. Après avoir tout sacrifié pour leur sport, les coureurs risquent d'être confrontés à la morosité et à l'ennui une fois leur vélo raccroché au clou. Voici quelques exemples de reconversion réussie.
Que deviennent les cyclo-crossmen après avoir raccroché leur vélo au clou ?

© Belga

Sven Nys

Sven Nys

© Belga

Sa carrière terminée, le nonuple Champion de Belgique n'a eu aucun mal à trouver un nouveau défi. Quelques mois avant qu'il ne dispute son dernier cross, il ne faisait aucun doute qu'il succéderait au Néerlandais Hans van Kasteren au poste de manager général de l'équipe « Telenet-Fidea ». Le natif de Bonheiden est un patron heureux car il peut compter sur des leaders tels que Toon Aerts et Lars van der Haar pour engranger des victoires. Comme chez les Nys, on est coureur de père en fils, Sven supervise également la carrière de son fils Thibau.

Sven Vanthourenhout

Sven Vanthourenhout

© Belga

Amis et coéquipiers de longue date, Sven Vanthourenhout et Sven Nys étaient extrêmement proches. C'est donc tout naturellement que Vanthourenhout fut nommé directeur sportif de la formation « Telenet-Fidea ». En juillet 2017, nouveau défi : il est nommé au poste de sélectionneur national de cyclo-cross à la place de Rudy De Bie. En novembre dernier, il a été choisi pour épauler Rik Verbrugghe, le nouveau coach fédéral du cyclisme sur route. Vanthourenhout sera notamment chargé de la détection et du développement des jeunes.

Ben Berden

Ben Berden

© Belga

Voici probablement l'histoire la plus singulière. Contrôlé positif à l'EPO en décembre 2004, le Hasseltois écopa d'une suspension de deux ans, période pendant laquelle il exerça le métier de facteur. Il revint à la compétition en janvier 2007 en qualité d'« Élite sans contrat ». Exilé depuis quelques années aux États-Unis, il participe à des compétitions de moindre niveau, ainsi qu'à des courses-exhibitions. En 2016, il prit la direction de l'équipe argentine de cyclo-cross féminin lors des Championnats du monde disputés à Heusden-Zolder.

Niels Albert

Niels Albert

© Belga

En mai 2014, le double Champion du monde de la discipline mettait un terme à sa carrière à l'âge de 28 ans, victime de troubles cardiaques. Très affecté, il ne tarda cependant pas à reprendre le dessus. Après avoir ouvert le « Niels Albert Bike Store » dans son fief de Tremelo, il devint directeur sportif et mentor de Wout van Aert, qu'il accompagna durant quatre saisons. Cette collaboration ayant pris fin en août dernier, Niels Albert a depuis repris du service comme directeur sportif au sein de la formation « Pauwels Sauzen-Vastgoedservice ».

Mario De Clercq

Mario De Clercq

© Belga

Titulaire d'un palmarès plutôt enviable ponctué par trois titres de Champion du monde, le natif d'Audenarde connut une fin de carrière pour le moins pénible. Il raccrocha en effet sa bécane en décembre 2004 suite à une suspicion de dopage, une accusation qu'il a par ailleurs toujours contestée. Il réapparut en 2007 en tant que directeur sportif de l'équipe « Sunweb-ProJob », devenue entre-temps « Marlux-Bingoal ». L'an dernier, il troqua la casquette de directeur sportif pour celle de conseiller.

Erwin Vervecken

Erwin Vervecken

© Belga

Triple Champion du monde et Champion de Belgique à une reprise. Après avoir mis un terme à sa (brillante) carrière en 2009, le Campinois ne quitta pas le monde du cyclisme pour autant. En plus de s'occuper du développement de l'UCI World Cycling Tour, il construit des parcours, travaille pour le bureau de marketing et de management sportif « Golazo » comme coordinateur cyclo-cross et mountain bike (une discipline dans laquelle il décrocha un titre de Champion de Belgique) et collabore à la revue mensuelle Cyclo Sprint.

Vinnie Braet

Vinnie Braet

© Belga

Encore un espoir qui n'est jamais parvenu à concrétiser les attentes placées en lui. Sa progression fut stoppée net en 2013 par une fracture du genou. Après avoir couru quelques années dans la catégorie « Élites sans contrat », ce fut le coup de grâce. À l'été 2017, il dut mettre un terme définitif à sa carrière à l'âge de 18 ans, suite à des problèmes cardiaques. Depuis, il travaille dans le magasin « Carrefour » de ses parents.

Tom Vannoppen

Tom Vannoppen

© Belga

La médaille d'argent remportée lors du Championnat du monde 2002 à Zolder marqua en quelque sorte le début de la fin. « J'avais perdu toute motivation », avouera-t-il plus tard. Il fréquenta ensuite le monde de la nuit, sombra dans l'alcool et fut même contrôlé positif à la cocaïne en décembre 2007. Il tenta bien un retour à la compétition dans des courses de catégorie B mais, convaincu de dopage, il écopa de deux ans de suspension en août 2011. Totalement absent des labourés depuis, le natif de Ham est réapparu en 2016 en qualité d'entraîneur de la formation « Pauwels Sauzen-Vastgoedservice.»

Philipp Walsleben

Philipp Walsleben

© Belga

Six titres de Champion d'Allemagne et deux fois cinquième au Championnat du monde. Philipp Walsleben et les labourés, c'est un peu comme une histoire d'amour qui finit mal. Si les débuts furent prometteurs, il ne parvint jamais à se confirmer sur le long terme. En novembre 2017, il cassa le contrat qui le liait à la formation Beobank-Corendon et abandonna le cyclo-cross pour se consacrer à la route. Non sans une certaine réussite d'ailleurs. En 2017, il remporta le classement de la montagne du Tour du Limousin et en 2018, il gagna une étape, ainsi que le classement final du Baltyk-Karkonosze-Tour.

Julien Taramarcaz

Julien Taramarcaz

© Belga

Ce sympathique Valaisan était, avec Philipp Walsleben, l'un des rares coureurs étrangers susceptibles de rivaliser avec les cadors belges et néerlandais. Champion de Suisse à quatre reprises en catégorie « Élites », il se classa sixième lors du Championnat du monde 2013 à Louisville. Après une saison 2016-2017 difficile, il décida, à l'âge de 29 ans, de mettre un terme à sa carrière pour devenir... arboriculteur.



La Coupe du monde UCI et le Superprestige sont disponibles gratuitement pour tous les clients de Proximus TV via le canal 11. Ne manquez pas une seconde de course grâce au live streaming de www.proximus-sports.be !
 
En savoir plus sur l'offre sport de Proximus TV.

Top