La saison de cyclo-cross se trouve à mi-parcours : bilan provisoire

La saison 2018-2019 de cyclo-cross a débuté le 16 septembre dernier avec le « Brico Cross » de Grammont, remporté de main de maître par le Néerlandais Lars van der Haar. Trois mois plus tard, l'heure est au premier bilan. Mathieu van der Poel est au top, Wout van Aert éprouve quelques difficultés à s'imposer et chez les femmes, la tension est à son comble.
La saison de cyclo-cross se trouve à mi-parcours : bilan provisoire

© Belga

Toon Aerts au sommet de son art

Toon Aerts au sommet de son art

© Belga

Vainqueur des deux premières épreuves de la Coupe du monde disputées aux États-Unis (Waterloo et Iowa City), le leader de l'équipe Telenet-Fidea Lions a démarré la saison sur les chapeaux de roues. Après avoir remporté une nouvelle victoire le 1er novembre sur le très exigeant parcours du « Koppenbergcross », notre compatriote s'est adjugé le « Druivencross », disputé le 9 décembre à Overijse. Il s'impose d'ores et déjà comme l'arbitre du duel que comptent se livrer Mathieu van der Poel et Wout van Aert.

Wout van Aert à la ramasse

Wout van Aert à la ramasse

© Belga

La saison du champion du monde en titre a débuté par une rupture de contrat et la quête de nouveaux sponsors individuels. Cette situation a manifestement hypothéqué le début de saison de notre compatriote, incapable de s'imposer même en l'absence de Mathieu van der Poel. En deux mois, il n'a remporté qu'une seule victoire, en l'occurrence le « Kermiscross » d'Ardooie, disputé le 18 octobre dernier. Ce succès mis à part, il s'est contenté de truster les places d'honneur, terminant à neuf reprises sur la deuxième marche du podium. Une question intrigue les observateurs : sera-t-il capable de refaire son retard d'ici la fin de la saison ?

van der Poel impérial

van der Poel impérial

© Belga

Alors que certains se disent lassés par son hégémonie, d'autres ne tarissent pas d'éloges à son égard et se réjouissent de le voir sur les labourés. Impérial, van der Poel a remporté treize des quatorze épreuves auxquelles il a participé cette saison (dont un Championnat d'Europe). Seul le « Koppenbergcross » lui a résisté. À Melden, il n'a pas pu faire mieux qu'une 21e place, à plus de quatre minutes du vainqueur Toon Aerts. Le Néerlandais endossera-t-il cette saison sa deuxième tunique arc-en-ciel ? Les paris sont ouverts !

Kevin Pauwels renoue avec la victoire

Kevin Pauwels renoue avec la victoire

© Belga

Le natif d'Ekeren a dû patienter deux ans et neuf mois avant de renouer avec la victoire. Le dernier succès de Kevin Pauwels remontait au « Prix de Clôture », disputé à Oostmalle le 21 février 2016. Il lui a donc fallu attendre le 1er décembre de cette année pour franchir la ligne d'arrivée en vainqueur. Après un début de saison mitigé, il semble avoir retrouvé la plénitude de ses moyens. Outre sa victoire à Hasselt lors du « Soudal Classic », il s'est également adjugé un certain nombre de places d'honneur. Malgré ce début de saison encourageant, le Flandrien envisage de mettre un terme à sa carrière.

Chez les dames, la concurrence est rude

Chez les dames, la concurrence est rude

© Belga

Quatre vainqueurs différents en cinq épreuves de Championnat du monde, idem en quatre manches du Superprestige et trois autres dans le Trophée bPost Banque en autant de courses. En cyclo-cross féminin, aucun nom n'émerge pour l'instant. Sanne Cant, la Championne du monde en titre, n'a remporté à ce jour qu'une seule épreuve, à savoir le « Berencross » de Meulebeke. Peut mieux faire !

Les cyclo-cross de seconde zone ont du mal à survivre

Les cyclo-cross de seconde zone ont du mal à survivre

© Belga

En cyclo-cross, seules les épreuves faisant partie des grands classements et challenges de régularité (Coupe du Monde, Superprestige...) attirent les cadors et font recette. Quant aux courses de seconde zone, elles ont du mal à attirer les stars et, par conséquent, à joindre les deux bouts. Le calendrier étant particulièrement chargé, des champions tels que Mathieu van der Poel font régulièrement l'impasse sur ce type de compétitions qui constituent une aubaine pour les coureurs au palmarès moins glorieux.

Tom Pidcock s'impose chez les U23

Tom Pidcock s'impose chez les U23

© Belga

Chez les Espoirs, l'affrontement en Coupe du monde entre le Belge Eli Iserbyt et le Britannique Tom Pidcock n'aura probablement pas lieu. Après avoir remporté à Berne la première manche dans la catégorie Espoirs (U23), notre compatriote a fait l'impasse sur le cross de Tabor en raison d'une blessure et n'a pas fait mieux que huitième à Coxyde. Quant à Pidcock (Champion d'Europe Espoirs en titre), il s'est classé quatrième à Berne, avant de remporter consécutivement deux épreuves de la Coupe du monde (Tabor et Coxyde). Le natif de Leeds caracole actuellement en tête du classement de cette compétition, devant le Français Antoine Benoist. Leurs adversaires directs sont relégués à bonne distance et n'ont plus qu'à espérer une défaillance des deux coureurs précités.

Domination belgo-néerlandaise

Domination belgo-néerlandaise

© Belga

L'Anglais Thomas Pidcock quatrième à Gavere et l'Allemand Marcel Meisen cinquième à Gieten et à Niel. Tels sont les meilleurs résultats obtenus par un coureur n'étant ni Belge, ni Néerlandais, dans un cyclo-cross comptant pour un grand classement. Les étrangers capables de rivaliser avec nos compatriotes ou avec nos voisins du nord ne sont pas légion. Quoi qu'en pensent les organisateurs de manches de la Coupe du monde aux États-Unis, l'internationalisation du cyclo-cross n'est sûrement pas pour demain.



La Coupe du monde UCI et le Superprestige sont disponibles gratuitement pour tous les clients de Proximus TV via le canal 11. Ne manquez pas une seconde de course grâce au live streaming de www.proximus-sports.be !
 
En savoir plus sur l'offre sport de Proximus TV.

Top