Présentation du Tour de France 2018

Le 7 juillet, la 105ème édition du Tour de France débutera à Noirmoutier-en-l’Ile. Chris Froome peut décrocher un 5ème succès dans la Grande Boucle et rejoindre le panthéon du cyclisme mondial. A moins que les outsiders que sont Richie Porte, Nairo Quintana, Tom Dumoulin, Vincenzo Nibali ou Rigoberto Uran ne viennent enrayer la belle mécanique du champion anglais !

Présentation du Tour de France 2018 © Photonews

Que pouvons-nous espérer de la part des cyclistes belges et quelles sont les étapes à cocher dans votre agenda ? Nous vous présentons le Tour de France !

Regardez le Tour de France chaque jour en direct où que vous soyez via votre pc, votre smartphone ou votre tablette sur proximustv.be !

Le grand favori : Chris Froome

Le grand favori : Chris Froome © Photonews

Maintenant que Chris Froome a été acquitté dans l'affaire de salbutamol, plus rien ne s'oppose à une cinquième victoire finale du Kényan blanc dans le Tour de France ! Il rejoindrait ainsi le cercle très restreint des quintuples vainqueurs de l'épreuve, composé d'Eddy Merckx, Jacques Anquetil, Bernard Hinault et Miguel Indurain. Le coureur anglais peut également remporter un 4ème Grand Tour consécutif, un exploit que seul Eddy Merckx a réussi par le passé.

Dans sa quête du record de victoires sur les routes de France, Froome pourra également compter sur l'impressionnante armada de Team Sky. Outre son lieutenant Geraint Thomas, Wout Poels, Michal Kwiatowski et les autres coureurs de l'équipe britannique seront en effet tous au service du natif de Nairobi.

Les challengers : Richie Porte

Les challengers : Richie Porte © Photonews

L'an passé, Richie Porte a vu son rêve de Grande Boucle s'envoler lors de la descente du Mont du Chat. Cette année, le leader de l'équipe BMC a l'occasion de prendre sa revanche. Le parcours semble en effet lui convenir à merveille avec un contre-la-montre par équipes - l'une des spécialités de BMC - et plusieurs courtes étapes de montagne. Que Chris Froome ait perdu beaucoup d'influx lors d'un Giro éprouvant peut également jouer en sa faveur.

L'Australien a remporté cette année le Tour de Suisse et pris la 3ème place du Tour de Romandie. Sa forme actuelle fait de lui l'adversaire numéro un de Chris Froome.

Nairo Quintana

Nairo Quintana © Photonews

Chez Movistar, il n'y aura pas un mais bien... trois leaders sur ce Tour ! Outre Nairo Quintana, Alejandro Valverde et Mikel Landa seront également chargés de contester la supériorité de Chris Froome et de la Team Sky... une équipe que Landa a quittée l'été passé après un court bail d'une saison !

Le coureur colombien a déjà terminé à trois reprises sur le podium à Paris et a fait forte impression lors du Tour de Suisse.

Tom Dumoulin

Tom Dumoulin © Photonews

Pas de seconde victoire consécutive pour le coureur batave sur le Giro, devancé de 46 secondes par... Chris Froome ! Le champion du monde du contre-la-montre compte bien prendre sa revanche sur l'ogre anglais et pourra compter sur l'aide de Simon Geschke et Laurens Ten Dam, le remplaçant de Wilco Kelderman (blessé).

Tant en 2015 qu'en 2016, le coureur de Sunweb avait été contraint à l'abandon sur les routes de France. Cette année sera-t-elle la bonne ?

Vicenzo Nibali

Vicenzo Nibali © Photonews

Outre Chris Froome, le cycliste italien est le seul ancien vainqueur du Tour parmi le peloton. Le Requin de Messine a également rendez-vous avec l'histoire : en effet, seuls trois coureurs italiens ont remporté le Tour de France à deux reprises et seulement deux cyclistes ont réussi à s'imposer la même année sur la Grande Boucle et Milan-San Remo depuis l'après-guerre.

Vicenzo Nibali a également tout misé sur le Tour de France cette année, délaissant le Giro qu'il a remporté en 2013 et 2016. Au sein de l'équipe Barhain-Merida, il pourra compter sur le soutien des frères Gorka et Ion Izagirre.

Rigoberto Uran

Rigoberto Uran © Photonews

Sur le podium du Tour l'an passé, le cycliste colombien est le leader naturel de l'équipe EF-Drapac. Suite à l'effondrement de Fabio Aru dans les Alpes et la défaillance de Bardet, Uran avait en effet pris la 2ème place du Tour de France. L'infortuné Sud-Américain est un habitué des places d'honneur puisqu'il a déjà terminé à deux reprises à la 2ème place du Giro. Le manager général Jonathan Vaughters en est convaincu : c'est l'année ou jamais pour son protégé !

Les outsiders

Les outsiders © Photonews

Troisième du Tour l'an passé, Romain Bardet cristallise une nouvelle fois tous les espoirs français. Mais le parcours de cette édition 2018 ne convient guère au grimpeur français... Le contre-la-montre par équipes sera tout d'abord un sérieux test pour AG2R qui possède quelques lacunes en la matière, les étapes de montagne sont principalement courtes et le long contre-la-montre final devrait faire des dégâts. Il visera donc une nouvelle fois le podium.

Du côté d'Astana, Jakob Fuglsang est le seul leader cette année après le départ de Fabio Aru. Et le Danois a directement montré ses ambitions en terminant deuxième du Tour de Suisse. Le coureur de 33 ans tentera sa chance à coup sûr lorsque la route s'élèvera.

Sensation l'an passé avec deux victoires d'étape et le maillot à pois, Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) sera à nouveau l'un des hommes à suivre. Même si ses performances depuis l'entame de la saison n'incitent guère à l'optimisme : 17ème à Paris-Nice, 19ème sur le Dauphiné...

Son frère Simon a échoué sur le Giro mais Adam Yates offrira-t-il à l'équipe australienne Mitchelton-Scott une première victoire sur un Grand Tour ? Réponse dans 3 semaines !

Alberto Contador officiellement à la retraite, Bauke Mollema a été promu chef d'équipe au sein de la formation Trek-Segafredo. Fort de sa victoire au Puy-en-Velay l'an passé, le coureur batave a pour objectif d'améliorer son classement final et d'intéger - au minimum - le top 10 (17ème en 2017).

Sixième l'an passé, Dan Martin sera le chef de file de l'équipe UAE Team Emirates cette année. Sa 4ème place sur les routes du Dauphiné (début juin) démontre que le cycliste irlandais atteint son pic de forme au bon moment...

Les sprinteurs

Les sprinteurs © Photonews

Evincé du Tour l'an passé à Vittel, Peter Sagan (BORA-Hansgrohe) revient plus déterminé que jamais. Le triple champion du monde en titre aimerait égaler les six tuniques vertes d'Erik Zabel et décrocher une ou plusieurs victoires d'étapes (il possède 9 bouquets à son actif). Mais la concurrence s'annonce rude cette année.

Fer de lance de l'équipe Quick Step-Floors, Fernando Gaviria sera l'un des sprinteurs à surveiller. Vainqueur de 4 étapes sur le Giro l'an passé, le cycliste colombien fera ses grands débuts sur le Tour. Autre équipe belge engagée cette année, Lotto-Soudal comptera une nouvelle fois sur la puissance d'André Greipel qui reste - malgré ses 35 ans - l'une des références de l'exercice.

Les présences de Marcel Kittel (Katusha-Alpecin), Mark Cavendish (Dimension-Data), Arnaud Démare (FDJ), Dylan Groenewegen (LottoNL-Jumbo), John Degenkolb (Trek) et Nacer Bouhanni (Cofidis) au départ du Tour laissent augurer de passionnantes et disputées arrivées au sprint ! La lutte pour le Maillot Vert devrait se jouer entre Sagan, Michael Matthews (Sunweb) et Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida).

Les puncheurs

Les puncheurs © Photonews

De nombreux coureurs rêvent d'une victoire sur le Tour de France. Le Mur de Bretagne et la Montée Jalabert se trouvent ainsi sur la short-list de Julian Alaphilippe (Quick Step)... mais également de plusieurs coureurs explosifs dont Alejandro Valverde (Movistar).

Le peloton se méfiera de la formation LottoNL-Jumbo qui compte en ses rangs Steven Kruijswijk, Robert Gesink et l'ancien sauteur à ski Primoz Roglic, tous prétendants à une victoire d'étape en montagne ou au classement final.

Darwin Atapuma (UAE), Tony Gallopin (AG2R), le double vainqueur du maillot à pois Rafal Majka (Bora), Simon Gerrans (BMC) et le champion du Luxembourg Bob Jungels (Quick Step) figurent également parmi les hommes à surveiller de près.

Et enfin, une poignée de (super-)combatifs à l'image des Français Lilian Calemejane  - le nouveau Thomas Voeckler ? - et Guillaume Martin de l'équipe belge Wanty-Groupe-Gobert. Et bien sûr, nos compatriotes présents sur les routes du Tour cette année !

Les Belges

Les Belges © Photonews

Pas moins de 19 Belges prendront le départ de la 105ème édition du Tour de France. Il faut remonter à 1994 pour trouver trace d'un telle présence noir-jaune-rouge au sein du peloton ! Si aucun de nos compatriotes ne sera chef de file sur les routes de France, les p'tits Belges endosseront un costume de lieutenant ou de chasseur d'étape(s). L'an passé, la Brabançonne n'avait pas retenti sur les routes du Tour mais c'est certain, un ou plusieurs coureur(s) belge(s) lèvera les bras cette année !

Thomas De Gendt devrait à nouveau faire preuve de panache et se distinguer lors des étapes de montagne. Vainqueur d'étape lors du Tour de Catalogne et lors du Tour de Romandie, il rêve secrètement du maillot à pois. Coéquipiers chez Lotto-Soudal, Tiesj Benoot, Jelle Vanendert et Jens Keukeleire viseront une victoire d'étape.

Après un début de saison décevant, Greg Van Avermaet (BMC) a faim de succès et devrait tenter sa chance lors de la première semaine. En cas d'arrivée au sprint avec un faux-plat, Philippe Gilbert (Quick Step-Floors) pourrait également tirer son épingle du jeu.

A plusieurs reprises ces dernière années, Serge Pauwels est passé tout près d'une victoire d'étape sur la Grande Boucle. Le coureur de Dimension Data aimerait enfin atteindre le Graal cette année et remporter une étape de montagne.

Quant à l'équipe Wanty-Group-Gobert, elle place ses espoirs en Guillaume Van Keirsbulck et Frederik Backaert..

Les étapes à ne pas manquer

Les étapes à ne pas manquer © Photonews

Avec un contre-la-montre par équipes lors de la 3ème journée de course, le Tour pourrait rapidement afficher des écarts significatifs. La 5ème et la 6ème (arrivée au Mur de Bretagne) étape sont cochées dans l'agenda des puncheurs. De nombreux Belges n'ont d'yeux que pour la 9ème étape, sorte de mini Paris-Roubaix qui pourrait également faire son lot de dégâts au sein du groupe des favoris.

A l'issue de la première journée de repos, la 10ème étape marquera l'arrivée dans les Alpes et empruntera le Col de la Colombière. Le jour suivant sera le théâtre d'une courte étape de montagne - une centaine de kilomètres - qui pourrait également mettre le feu aux poudres. La colonie batave sera à nouveau fidèle au rendez-vous et encouragera les cyclistes néerlandais sur les pentes de l'Alpe d'Huez (12ème étape).

Si le 21 juillet sera jour de fête nationale en Belgique, les coureurs du Tour traverseront quant à eux l'Ardèche via la Côte de la Croix Neuve, plus connue sous le nom de Montée Jalabert depuis l'impressionnant succès du cycliste français en 1995.

A l'issue de la seconde journée de repos, la caravane du Tour prendra la direction des Pyrénées (16ème étape). Dès le lendemain, la direction du Tour innovera avec une étape explosive de 65 kilomètres, disputée en mode "départ de Formule 1". Le Maillot Jaune partira depuis la première ligne, suivi par l'ensemble du top 20. Les coureurs restants seront divisés en 4 groupes en fonction de leur classement. La dernière étape de montagne sera la 19ème et verra les coureurs s'attaquer à plusieurs cols de légende, l'Aspin, le Tourmalet et l'Aubisque.

Disputé sur les pentes du Pays basque français, un contre-la-montre individuel fera office de juge de paix la veille de la traditionnelle parade sur les Champs-Elysées.

Regardez le Tour de France chaque jour en direct, où que vous soyez via votre pc, smartphone ou tablette sur proximustv.be.

News

Top