Ces coureurs qui ont trouvé la mort sur la route

Le décès en course de Bjorg Lambrecht s'ajoute à une longue liste de drames qui jalonnent l'histoire du cyclisme.
Ces coureurs qui ont trouvé la mort sur la route

© Photonews - Vincent Kalut

À lire aussi : Bjorg Lambrecht, un coureur talentueux fauché en pleine ascension


Le drame de la mort de Bjorg Lambrecht sur les routes du Tour de Pologne est le dernier d'une longue série. Le métier de coureur cycliste est dangereux et il n'est malheureusement pas rare de voir de jeunes sportifs payer cette passion au prix de leur vie.

Antoine Demoitié

Antoine Demoitié

© Photonews - Nico Vereecken

En mars 2016, Antoine Demoitié (25 ans) est percuté par une moto lors de Gand-Wevelgem. Le jeune coureur liégeois de Wanty-Groupe Gobert succombe ensuite à ses blessures.

Wouter Weylandt

Wouter Weylandt

© EPA

Passé professionnel en 2006 au sein de l’équipe Quick-Step, Wouter Weylandt remporte une étape du Tour d’Espagne en 2008 et une étape du Tour d’Italie en 2010 grâce à ses qualités de sprinter. À l’aube de la saison 2011, il rejoint l’équipe Leopard-Trek des frères Schleck. Aligné au Tour d’Italie, il chute lors de la troisième étape dans la descente du Passo del Bocco alors qu’il est lancé à 70 km/h. Malgré la rapidité des secours, Wouter Weylandt décède sur place. Il avait 26 ans et se préparait à devenir papa pour la première fois.

Isaac Galvez

Isaac Galvez

© Photonews

Lors des Six Jours de Gand en 2006, l’Espagnol Isaac Galvez (31 ans) décède lors d’une chute provoquée par une collision avec le coureur belge Dimitri De Fauw. Il percute une balustrade et perd immédiatement connaissance. Il décède durant son transfert à l’hôpital des suites d’une hémorragie interne. Galvez état champion du monde en titre de l’aémricaine avec son compatriote Juan Llaneras et s’était marié trois semaines seulement avant le drame. Après ce tragique accident, Dimitri De Fauw s’est enfoncé dans la dépression et a finalement mis fin à ses jours trois ans plus tard.

Andrey Kivilev

Andrey Kivilev

© Photonews

Le coureur kazakh Andrey Kivilev (29 ans) est mort en 2003 sur la route de Paris-Nice. Il ne portait pas de casque et a succombé à ses blessures après avoir heurté le sol avec la tête. C’est après cet accident que le port du casque a été rendu obligatoire en compétition. Kivilev était papa d’un petit garçon de six mois. En 2001, il avait terminé 4e du Tour de France.

Fabio Casartelli

Fabio Casartelli

© epa

Lors de la descente du Portet d’Aspet lors du Tour de France 1995, l’Italien Fabio Casartelli (24 ans) chute violemment contre un muret en béton alors qu’il ne portait pas de casque. Il décède une heure plus tard à l’hôpital. Champion olympique à Barcelone en 1992, il était l’équipier d’un certain Lance Armstrong chez Motorola. Il était papa d’un garçon de trois mois.

Jean-Pierre Monseré

Jean-Pierre Monseré

© Belga

Jean-Pierre Monseré n’avait que 22 ans lorsqu’il meurt après une collision avec une voiture lors d’une kermesse organisée à Retie. Champion du monde en titre, il avait également remporté le Tour de Lombardie au cours de sa courte carrière. Son fils Giovanni est également mort renversé par une voiture alors qu’il faisait du vélo. Il avait 6 ans et son vélo lui avait été offert pour sa communion par Freddy Maertens.

Tom Simpson

Tom Simpson

© Belga

Lors du Tour de France 1967, l’Anglais Tom Simpson (29 ans) s’écroule à 1,4 kilomètre du sommet du Mont Ventoux. Sa mort est provoquée par la prise de produits dopants et l’on retrouvera même des ampoules non-utilisées dans la poche de son maillot. Tom Simpson est un grand nom du cyclisme dans les années 60 puisqu’il fut champion du monde et qu’il remporta des monuments comme le Tour des Flandres, Milan-San Remo, le Tour de Lombardie et Paris-Nice. Il était marié et père de deux enfants.

Stan Ockers

Stan Ockers

© Belga

Stan Ockers avait 36 ans lorsqu’il s’est tué sur la piste du Sportpaleis d’Anvers en 1956. Il était une star du cyclisme belge après sa victoire lors du championnat du monde sur route en 1955 et ses succès à la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège. Il s’est également classé 2e du Tour en 1950 et 1952 et fut le meilleur sprinter de la Grande Boucle en 1955 et 1956.

Top
t