Coupe du Monde 2018, le Groupe C à la loupe: des Coqs, des Kangourous, des revenants et des Vikings

La France, un des prétendants au titre suprême lors de cette Coupe du Monde, sera opposée dans le Groupe C à l’Australie, au Pérou et au Danemark. Une formalité pour les Bleus? Attention tout de même car ce groupe en apparence tranquille est en fait plus serré qu'il n'y paraît si l’on observe le classement FIFA*. A l'exception de l'Australie (40) les autres équipes sont très proches au ranking mondial: la France (7), le Pérou (11) et le Danemark (12) se tiennent dans un mouchoir de poche. Pêché d'orgueil interdit pour la bande à Deschamps ! * Classement FIFA publié le 17 mai
Coupe du Monde 2018, le Groupe C à la loupe: des Coqs, des Kangourous, des revenants et des Vikings

© -

Un groupe difficile?

Même si les Français se montraient plutôt confiants après le tirage au sort, Didier Deschamps sait comment faire pour que ses joueurs gardent les pieds sur terre. Ce Groupe C est un des plus compacts de la compétition. Danemark-France, lors de la troisième journée, sera certainement le match-clé pour la qualification en huitièmes. Le Pérou peut-il en profiter pour tirer son épingle du jeu? Ou l'Australie créera-t-elle une énorme surprise?

La France, l'outsider absolu de la compétition

La France, l'outsider absolu de la compétition

© -

La France en chiffres

Classement Fifa : 7
Nombre de participations : 14
Nombre de matches disputés : 59
Victoires : 28
Nuls : 11
Défaites : 20
Buts marqués : 106
Buts encaissés : 71
Meilleur résultat obtenu : Champions du Monde en 1998

La France se rend en Russie avec un groupe jeune et très talentueux. Derrière le Brésil, l'Allemagne, l'Argentine et l'Espagne, les Bleus font figure d'épouvantail et d'outsider parfait. L'équipe de Didier Deschamps est tout à fait capable de ramener le trophée pour la deuxième fois à la maison.

Comment ils se sont qualifiés

Versés dans un groupe avec la Biélorussie, la Bulgarie, les Pays-Bas, la Suède et le Luxembourg, les Français avaient plutôt mal débuté les qualifications en signant un nul vierge en Biélorussie. Les Bleus ont ensuite aligné un 12/12 avant de connaître leur seule défaite en Suède. Malgré un autre 0-0 indigne à domicile face au Luxembourg, la France a terminé en tête de son groupe avec 23 points, soit 4 points de plus que la Suède et de bien pâles Oranje.

Revoir tous les buts des Bleus en matches de qualification :

Les stars de la sélection : Antoine Griezmann, Monsieur Antoine

Les stars de la sélection : Antoine Griezmann, Monsieur Antoine

© -

A 27 ans, Antoine Griezmann est au sommet de son art. Avec plus de 50 capes à son actif, il est aujourd'hui un autre joueur que celui qui avait quitté le Maracana en larmes le 4 juillet 2014 après la défaite en demi-finale face à l'Allemagne. Meilleur buteur et élu meilleur joueur de l'Euro 216, il devrait être un des stars de la compétition. Vif, habile des deux pieds, doté d'un instinct de buteur évident, c'est un danger permanent pour les défenses adverses.

Les stars de la sélection : Kylian Mbappé, l'étoile montante

Les stars de la sélection : Kylian Mbappé, l'étoile montante

© -

Un seul chiffre suffit pour situer l'extraordinaire précocité de Kylian Mbappé : il est le premier joueur sélectionné en équipe de France à être né après le titre mondial des Bleus en 1998. A 19 ans à peine, il peut rêver de soulever le trophée, 20 ans après ses illustres devanciers.

L'entraîneur : Didier Deschamps

L'entraîneur : Didier Deschamps

© -

Didier Deschamps a déjà remporté une Coupe du Monde, mais en tant que joueur. Il était le capitaine de l'équipe de France 1998 qui a battu le Brésil en finale. Depuis 2012, l'ex-joueur de Monaco, de la Juventus et de Marseille dirige sa sélection nationale. Prudent, il refuse de se voir trop beau, malgré les très bons résultats de son équipe à l'Euro 2016. "La dernière fois, tout le monde disait que nous avions un groupe facile, mais on ne se qualifie pas comme ça pour le tour suivant", avertit Deschamps.

Australie, les Socceroos en plein doute

Australie, les Socceroos en plein doute

© -

L'Australie en chiffres

Classement Fifa : 40
Nombre de participations : 4
Nombre de matches disputés : 13
Victoires : 2
Nuls : 3
Défaites : 8
Buts marqués : 11
Buts encaissés : 26
Meilleur résultat obtenu : deuxième tour en 2006

Seule équipe à ne pas avoir de sélectionneur au moment du tirage au sort, les Socceroos ont obtenu leur billet pour le Mondial pour la quatrième fois d'affilée après une longue épopée de 22 matches qualificatifs. Il ne reste plus grand chose de l'équipe de 2014, car les Australiens de la génération 2018 jouent désormais aux quatre coins de l'Europe (comme Danny Vukovic, de gardien de but du Racing Genk ou Matthew Ryan, ex-Club Bruges et désormais actif à Brighton, en Premier League).

Comment ils se sont qualifiés

Les Socceroos ont souffert pour rejoindre les 31 autres équipes qualifiées. Lors du deuxième tour qualificatif de la zone asiatique, ils se sont débarrassés assez facilement de la Jordanie, du Kirghizistan, du Tadjikistan et du Bangladesh. Au troisième tour, par contre, ils n'ont terminé que troisièmes de leur groupe, derrière le Japon et l'Arabie Saoudite. Ils ont alors disputé les play-offs asiatiques, où ils ont battu la Syrie en deux manches. Enfin, les Socceroos ont gagné les play-offs (le la zone Asie-Concacaf), en éliminant le Honduras.

Les stars de la sélection : Tim Cahill, Monsieur 105 sélections

Les stars de la sélection : Tim Cahill, Monsieur 105 sélections

© -

Avec 105 sélections à son actif, Tim Cahill est le réservoir d'expérience de cette équipe. En Russie, il peut même devenir un des rares joueurs à avoir marqué dans quatre Coupes du Monde successives. A 38 (!) ans, il a encore démontré toute son utilité lors de la campagne de qualification: il a inscrit 11 buts, dont un décisif lors des prolongations contre la Syrie. Ancien joueur de Millwall et Everton, il a joué ces trois dernières saisons en Chine et en Australie. Mais il a fait une dernière pige à Millwall depuis janvier pour affûter ses crampons avant la Coupe du Monde.

Les stars de la sélection : Mile Jedinak, le bûcheron des Antipodes

Les stars de la sélection : Mile Jedinak, le bûcheron des Antipodes

© -

Mile Jedinak est le capitaine indomptable des Socceroos et participe à son troisième Mondial. Ce demi défensif barbu a éclaté à Crystal Palace, où il a évolué de 2011 à 2016. A 33 ans, il joue désormais à Aston Villa, avec John Terry dans son dos, le club remontant en Premier League la saison prochaine. Il compte 70 sélections et a inscrit 18 buts, ce qui n'est pas mal vu son poste. Son triplé face au Honduras en play-offs a validé le ticket des Aussies pour cette Coupe du monde. Tacleur infatigable, véritable colosse, haranguant sans cesse ses troupes de la voix, il est le véritable leader et l'exemple de cette sélection.

Revoir le triplé de Jedinak face au Honduras :

L'entraîneur : Bert van Marwijk

L'entraîneur : Bert van Marwijk

© -

Bert van Marwijk n'a repris l'équipe qu'en janvier 2018 mais tout le pays espère qu'il fera mieux que son compatriote Guus Hiddink, lequel avait emmené les Socceroos vers leur meilleure performance lors du Mondial allemand de 2006. L'Australie avait alors terminé deuxième de son groupe derrière le Brésil mais devant la Croatie et le Japon. Ils étaient ensuite tombés sur un os avec l'Italie. Anecdote amusante, Van Marwijk avait déjà qualifié l'Arabie Saoudite pour ce Mondial 2018 mais, s'étant disputé avec la fédération saoudienne, il a quitté son poste. C'est un entraîneur qui connaît le haut niveau: lors de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, c'est lui qui avait emmené les Hollandais jusqu'en finale (défaite 1-0 face à l'Espagne).

Pérou, les revenants

Pérou, les revenants

© -

Le Pérou en chiffres

Classement Fifa : 11
Nombre de participations : 4
Nombre de matches disputés : 15
Victoires : 4
Nuls : 3
Défaites : 8
Buts marqués : 19
Buts encaissés : 31
Meilleur résultat obtenu : quart de finaliste en 1970

Le Pérou est le revenant de ce Mondial. Pour la première fois depuis 1982, la 'Blanquirroja' a obtenu son billet pour la Coupe du Monde. En Russie, les Péruviens espèrent renouer avec leur glorieux passé: en 1970, au Mexique, ils avaient atteint les quarts de finale, grâce au génie de Teofilo Cubillas, le plus grand joueur péruvien de l'histoire. La fièvre du Mondial s'est emparé de tout le pays: en avril, les fans se sont même battus dans les magasins à cause de la pénurie de figurines Panini, en rupture de stock !

Comment ils se sont qualifiés

En Amérique du Sud, les qualifications se sont étalées sur 18 journées et les places ont été très chères, sauf pour le Brésil: la 'Seleçao' a en effet terminé avec 10 points d'avance sur son plus proche poursuivant. Le Pérou et passé par le chas de l'aiguille et s'est classé cinquième du groupe derrière l'Uruguay, l'Argentine et la Colombie. Lors de la dernière journée, les Péruviens ont fait match nul (1-1) face à la Colombie, pendant que le Chili perdait au Brésil (3-0) et que le Paraguay était battu par le Venezuela, dernier du groupe. Lors des play-offs contre la Nouvelle-Zélande, la 'Blanquirroja' obtenu un 0-0 à l'extérieur avant de s'imposer 2-0 à domicile et de se qualifier pour la Coupe du Monde, 36 ans après sa dernière qualification.

Les stars de la sélection : Jefferson "La Foquita" Farfan

Les stars de la sélection : Jefferson "La Foquita" Farfan

© -

La grande majorité des joueurs de la sélection jouent au Pérou, au Mexique ou au Brésil. Jefferson Farfan est une des exceptions à cette règle puisqu'il évolue au Lokomotiv Moscou. Il ne sera donc pas trop dépaysé lors de cette Coupe du Monde disputée en Russie. Avec 81 sélections (24 buts), l'ancien joueur du PSV et de Schalke 04 est très expérimenté. Surnommé "La Foquita" (la petite otarie), il est le digne successeur de son oncle Roberto Farfán, alias 'la Foca', un attaquant qui fêtait ses buts de façon très spectaculaire.

Les stars de la sélection : Paolo Guerrero, le bad boy

Les stars de la sélection : Paolo Guerrero, le bad boy

© -

Le meneur de jeu du Pérou ne faisait à l'origine pas partie des 23 joueurs retenus par le sélectionneur Ricardo Gareca. L'attaquant du club brésilien de Flamengo, meilleur buteur de l'histoire du Pérou avec 32 buts en 86 sélections, a été contrôlé positif à la cocaïne, en octobre dernier. La FIFA l'a alors suspendu pour un an, une peine ramenée à six mois en appel. L'agence Mondiale Antidopage s'est alors adressée au Tribunal arbitral du sport, qui fixa sa peine à 14 mois. Un tribunal suisse a finalement annulé cette décision, ce qui permet à Guerrero de faire partie de l'aventure russe.

L'entraîneur : Ricardo Gareca

L'entraîneur : Ricardo Gareca

© -

Le coach argentin de la sélection, 60 ans, a entraîné des clubs en Argentine (trois fois champion avec Velez Sarsfield), en Colombie, au Pérou (1 titre avec Universitario) ou au Brésil. L'équipe péruvienne est son premier job en tant que sélectionneur national. Il est à la tête de la 'Blanquirroja' depuis mars 2015.

Le Danemark, à la recherche de son glorieux passé

Le Danemark, à la recherche de son glorieux passé

© -

Le Danemark en chiffres

Classement Fifa : 12
Nombre de participations : 4
Nombre de matches disputés : 16
Victoires : 8
Nuls : 2
Défaites : 6
Buts marqués : 27
Buts encaissés : 24
Meilleur résultat obtenu : quart de finale en 1998

Allan Simonsen, Morten Olsen, Preben Larsen, Michael Laudrup… autant de stars des années '80 et '90 qui ont fait les beaux jours du football danois, très compétitif à cette époque. En 1992, le Danemark remportera même l'Euro à la surprise générale. En 1998, ils seront éliminés du Mondial en quarts par le Brésil, futur finaliste. Absents de la dernière Coupe du Monde, les Danois rêvent de revenir sur le devant de la scène en Russie.

Comment ils se sont qualifiés

Dans son groupe qualificatif, le Danemark a terminé deuxième derrière la Pologne mais devant le Montenegro, la Roumanie, l'Arménie et le Kazakhstan. Les Danois ont donc dû passer par les play-offs où ils affrontaient les Irlandais. Après un inquiétant 0-0 à Copenhague, les Danois ont atomisé les Irlandais à Dublin (1-5) avec un hat trick de Christian Eriksen.

Les stars de la sélection : Kasper Schmeichel, fils de...

Les stars de la sélection : Kasper Schmeichel, fils de...

© -

Kasper est le fils de l'immense Peter Schmeichel (recordman des sélections pour son pays avec 129 caps) qui brilla avec Manchester United et remporta l'Euro avec le Danemark en 1992. Tel père, tel fils, Kasper est devenu champion d'Angleterre à la surprise générale en 2016 avec Leicester. Il compte déjà 33 sélections à son actif.

Les stars de la sélection : Christian Eriksen, patte de velours

Les stars de la sélection : Christian Eriksen, patte de velours

© -

Frank Arnesen, Michael Laudrup, Soren Lerby, Jan Molby, Jesper Olsen… l'Ajax Asterdam a toujours eu de grands joueurs danois dans ses rangs et Christian Eriksen ne fait pas exception à cette règle. Après trois saisons à Amsterdam, Eriksen s'est envolé pour Tottenham en 2013 où son sens de la passe, ses coups-francs et sa patte de velours font désormais l'unanimité chez les fans des Spurs. Equipier d'Alderweireld, Vertonghen et Dembélé, il compte déjà 77 sélections et 21 buts sous le maillot danois. Avec 8 buts inscrits en 10 matches de qualification, il a su se rendre indispensable pour son équipe.

L'entraîneur : Age Hareide

L'entraîneur : Age Hareide

© -

Age Hareide n'est pas Danois, mais Norvégien. A 64 ans, il est le seul entraîneur a avoir gagné le championnat dans 3 pays scandinaves différents (avec Helsingborg et Malmö en Suède, Rosenborg en Norvège et Brondby au Danemark). Même s'il a échoué à qualifier la Norvège pour le Mondial 2006, après avoir perdu les play-offs contre les Tchèques, il a cette fois obtenu son billet pour le Mondial avec le Danemark.

Notre pronostic

Notre pronostic

© -

Ce Groupe C sera certainement un des plus intéressants à suivre au premier tour de cette Coupe du Monde. La France fait partie des vainqueurs potentiels et entamera son tournoi contre les Australiens. L'autre match de cette première journée opposera le Pérou et le Danemark, dans une rencontre qui orientera le futur des deux équipes: car le vainqueur aura de fortes chances d'accompagner la France au deuxième tour. Notre avis : France et Danemark qualifiés.

Découvrez aussi :

Groupe A
Groupe B

Groupe D
Groupe E
Groupe F
Groupe G

Groupe H

#REDTOGETHER est le mot d'ordre ! Pas de télévision dans les parages ? Regardez les Diables Rouges lors du Mondial 2018 en Russie avec l'app Proximus TV ! Le data est gratuit ! Cliquez ici pour plus d’info !

Top