Coupe du Monde 2018, le Groupe G à la loupe : 23 diables, trois lions, les Aigles de Carthage et un Petit Poucet

A tout seigneur, tout honneur… Nous commençons cette présentation des différents groupes de la phase finale de la Coupe du Monde 2018 par le Groupe G, où figurent les Diables Rouges. Opposée au Panama, le petit poucet de la compétition, à la Tunisie, 14e au ranking FIFA et aux ‘Three Lions’ anglais, la génération dorée de notre équipe nationale doit absolument passer ce premier tour, si elle veut se montrer digne de ses objectifs annoncés, assez élevés. La première place du groupe devrait se jouer entre les Diables et les Anglais, mais n’oublions pas la Tunisie…


Coupe du Monde 2018, le Groupe G à la loupe : 23 diables, trois lions, les Aigles de Carthage et un Petit Poucet

© Photonews

Un groupe difficile?

Si l’on observe le classement FIFA* des équipes en présence dans ce groupe G, cela donne Belgique (3), Panama (55) Tunisie (14) et Angleterre (13). Avec un total de 85, on obtient le troisième groupe le plus difficile de ce premier tour, derrière le Groupe E (Brésil, Suisse, Costa Rica Serbie, total de 68) et le Groupe C (France, Australie, Pérou Danemark qui totalise 70) Selon ce mode de calcul, ce groupe annoncé comme facile par certains est en fait un des trois les plus relevés de la compétition. Méfiance, donc…

*Calcul basé sur le classement FIFA au 17 mai 2018

Le Panama, le petit poucet du Mondial

Le Panama, le petit poucet du Mondial

© Photonews

Le Panama en chiffres

Classement Fifa : 55
Nombre de participations : 0
Nombre de matches disputés : 0
Victoires : 0
Nuls : 0
Défaites : 0
Buts marqués : 0
Buts encaissés : 0
Meilleur résultat obtenu : néant
 
Petit Poucet de ce tournoi, le Panama n’a guère été gâté par le tirage au sort pour sa première participation: avec la Belgique et l’Angleterre comme adversaires au premier tour, les Panaméens ont tiré du lourd. Faire bonne figure, grappiller un point à la moindre occasion et éviter une correction face aux ténors semblent des objectifs réalistes pour cette équipe dont la majorité des joueurs évolue en MLS.
 
Comment ils se sont qualifiés

Troisièmes du tournoi hexagonal qualificatif de la zone CONCACAF, les ‘Canaleros’ se sont qualifiés en compagnie du Mexique et du Costa Rica, en terminant troisièmes de leur groupe. Lors du dernier match décisif, pendant que les Etats-Unis sombraient, les Panaméens inversaient la tendance face au Costa Rica. Le but de Roman Torres à la 88e, à domicile, a envoyé tout un peuple au paradis suite à cette toute première qualification pour la Coupe du Monde. Une compétition où le Panama espère bien ne pas être un oiseau pour le chat. Le milieu de terrain Ricardo Avila (La Gantoise) sera-t-il du voyage ?
 
Revoir le but de Torres qui a envoyé le Panama en Russie. N’oubliez pas de mettre le son…
 


Voir le calendrier des matches du Panama

Les stars de la sélection : Anibal Godoy, la dynamo

Les stars de la sélection : Anibal Godoy, la dynamo

© Photonews

Mental de forçat des pelouses, présence et activité inlassables, voilà les atouts de ce footballeur puissant aux 84 sélections (1 but) évoluant en MLS au San José Earthquakes. Métronome de l’entrejeu des ‘Canaleros’, il sera certainement très suivi par les recruteurs européens.

Les stars de la sélection : Roman Torres, la tour de contrôle

Les stars de la sélection : Roman Torres, la tour de contrôle

© Photonews

Encore un physique énorme pour cet athlète d’1m88 et 82 kilos, évoluant à Seattle, en MLS. A 32 ans, il est l’homme d’expérience de la défense panaméenne avec ses 105 sélections (10 buts). C’est lui qui a inscrit le but qui a libéré son pays, le 10 octobre 2017. Une qualification qui a fait de lui un demi-dieu au Panama.

Voir les 23 joueurs panaméens

L’entraîneur : Hernan Dario Gomez

L’entraîneur : Hernan Dario Gomez

© Photonews

De nationalité colombienne, le coach de la sélection panaméenne possède une solide expérience de la compétition. D’abord T2 de la sélection colombienne, avant de devenir sélectionneur national, il a ensuite repris les rênes de l’Equateur et du Guatemala avant de devenir le coach du Panama. C’est un entraîneur expérimenté qui saura tirer le meilleur de son groupe. Rappelons quand même qu’il avait battu la Croatie (1-0) à la tête l’Equateur en 2002…

La Tunisie, de nouvelles ambitions

La Tunisie, de nouvelles ambitions

© Photonews

La Tunisie en chiffres

Classement Fifa : 14
Nombre de participations : 4
Nombre de matches disputés : 12
Victoires : 1
Nuls : 4
Défaites : 7
Buts marqués : 8
Buts encaissés : 17
Meilleur résultat obtenu : premier tour
 
Eliminée quatre fois au premier tour lors de ses quatre premières participations, la Tunisie espère cette fois faire mieux. Les ‘Aigles de Carthage’ débuteront leur tournoi face à l’Angleterre un match qui orientera sûrement tout leur tournoi. Un nul face aux Anglais leur ouvrirait d’intéressantes perspectives avant de rencontrer dans cet ordre la Belgique et le Panama. Douze ans après leur dernière participation, les Tunisiens avancent confiants mais réalistes…
 
Comment ils se sont qualifiés

Invaincus dans leur groupe qualificatif, où ils ont pris le meilleur sur le Congo, la Guinée et la Lybie, les Tunisiens ont fini avec le meilleur total de la zone Afrique (4 victoires et deux nuls, soit 14 points, comme le Sénégal). Avec une ossature venue essentiellement de la Ligue 1 (Marseille, Dijon, Troyes, Montpellier, Rennes, Nice) mais aussi des joueurs évoluant à Leicester (Benalouane) ou à La Gantoise (Dylan Bronn), ils semblent parés pour les exigences d’un grand tournoi planétaire. A noter qu’Hamdi Harbaoui (Zulte Waregem), meilleur buteur de Jupiler Pro League et Larry Azouni (Courtrai) n'ont pas été repris…

Voir le calendrier des matches de la Tunisie

Les stars de la sélection : Wahbi Khazri, le buteur et animateur maison et Balbouli, un des meilleurs gardiens africains

Les stars de la sélection : Wahbi Khazri, le buteur et animateur maison et Balbouli, un des meilleurs gardiens africains

© Photonews

Wahbi Khazri, le buteur et animateur maison

37 sélections et 12 buts déjà pour ce milieu de terrain offensif évoluant à Rennes après avoir tenté l’aventure à Sunderland. Meneur de jeu en club, il a été repositionné en pointe par le sélectionneur tunisien. C’est un vrai poison pour les défenses qui dézone sans cesse et fuit le marquage. Un des grands talents des ‘Aigles’, qui doit confirmer au plus haut niveau pour sa première participation.
 
Balbouli, un des meilleurs gardiens africains

Avec plus de 70 sélections, Balbouli (Aymen Mathlouthi, de son vrai nom) est de loin le joueur le plus expérimenté de cette sélection tunisienne. A 33 ans, il est considéré comme un des meilleurs gardiens du continent africain. Il est aussi le capitaine des ‘Aigles’.
 
Découvrez le style très acrobatique du gardien de la Tunisie :



Voir les 23 joueurs tunisiens

L’entraîneur : Nabil Maâloul

L’entraîneur : Nabil Maâloul

© Photonews

Adjoint du Français Roger Lemerre lorsque la Tunisie remporta la CAN, en 2004, Nabil Maâloul a fait deux passages en équipe nationale. Rappelé une dernière fois en avril 2017, en pleine campagne qualificative, il a emmené ses troupes vers une cinquième qualification en phase finale. Le classement FIFA de la Tunisie (14) est là pour prouver que son travail a porté ses fruits…

L’Angleterre, une génération new look

L’Angleterre, une génération new look

© Photonews

L’Angleterre en chiffres

Classement Fifa : 13
Nombre de participations : 14
Nombre de matches disputés : 62
Victoires : 26
Nuls : 19
Défaites : 17
Buts marqués : 79
Buts encaissés : 56
Meilleur résultat obtenu : Victoire en 1966

Depuis leur victoire à domicile dans le tournoi en 1966 et leur quatrième place en 1990 (« Remember David Platt ? »), les Anglais n’ont plus jamais dépassé les quarts de finale. Pire: lors des deux dernières éditions, les ‘Three Lions’ ont quitté le tournoi la tête basse, avant les matches à élimination directe. Mais les 23 sélectionnés évoluent tous en Premier League, le meilleur championnat du monde et cette équipe new look espère aller plus loin que ses devancières. Si les Anglais paraissent très forts offensivement avec Kane, Vardy, Alli et Sterling, ils paraissent nettement moins armés en défense, où la charnière centrale paraît peu fiable à ce niveau. La remarque vaut aussi pour le poste de gardien. Joe Hart n’ira pas en Russie et Jordan Pickford (Everton), Nick Pope (Burnley) et Jack Butland (Stoke City) sont inexpérimentés.

Comment ils se sont qualifiés

Invaincus dans leur groupe qualificatif, où ils ont pris le meilleur sur la Slovaquie, l’Ecosse, la Slovénie, la Lituanie et Malte, les Anglais ont signé un convaincant 26/30 (8 victoires et deux nuls) face à des adversaires assez modestes. De quoi signer une sixième qualification d’affilée pour la phase finale. Mais la sélection anglaise continue de souffrir de la comparaison avec les clubs dominants de le Premier League. Encouragés par leurs titres mondiaux chez les U17 et les U20 en 2017, la jeune génération anglaise veut faire honneur au pays qui est le berceau du football.

Voir le calendrier des matches de l’Angleterre

Les stars de la sélection : Harry Kane, le serial buteur

Les stars de la sélection : Harry Kane, le serial buteur

© Photonews

Meilleur buteur du continent européen avec 56 roses à son actif, Harry Kane remplace progressivement le retraité Wayne Rooney dans le cœur des fans anglais. Ce finisseur à l’anglaise, décomplexé, est aussi un bosseur acharné. Du gauche, du droit, de la tête, il excelle dans tous les registres du tueur des rectangles. Il pèse 12 buts en 23 sélections. Du travail en perspective pour la charnière centrale belge…

Voir 10 buts incroyables de Kane avec sa sélection :

Les stars de la sélection : Jamie Vardy, la fusée de Leicester

Les stars de la sélection : Jamie Vardy, la fusée de Leicester

© Photonews

Auteur de vingt buts cette saison en Premier League, l’attaquant des Foxes ne laisserait pas insensible l’Atlético Madrid. Avec 7 buts inscrits en 21 sélections, le conte de fée continue pour le natif de Sheffield, inconnu au bataillon avant le tite-surprise de Leicester en Premier League. Très véloce, efficace, hargneux, infatigable, multipliant les sprints, il sait aussi se transformer en premier défenseur pour aider le collectif. Un joueur de contre redoutable, parfaitement complémentaire avec Harry Kane. Jamie Vardy a inscrit cette année le « but de l’année » en Premier League.

Revoir ce but incroyable sous tous les angles :



Revoir les 20 buts de Vardy cette saison :

Les stars de la sélection : Delle Alli, l’artiste des Spurs

Les stars de la sélection : Delle Alli, l’artiste des Spurs

© Photonews

La colonne vertébrale de l’équipe anglaise est estampillée 100% Spurs, avec Eric Dier, Harry Kane, et Delle Alli, la perle technique de la sélection, un artiste d’exception capable de faire basculer une rencontre en deux coups de patte. A 22 ans, ce milieu explosif compte déjà 23 sélections. Souvent fulgurant dans l’axe, Alli est le complice et le premier pourvoyeur de son compère Harry Kane. Finesse, élégance, il devra surmonter une certaine irrégularité pour exploser au niveau mondial.

Voir les 23 joueurs anglais

L’entraîneur : Gareth Southgate

L’entraîneur : Gareth Southgate

© Photonews

Le sélectionneur anglais, relativement peu connu des médias, a participé en tant que joueur aux éditions 1998 et 2002. Ancien joueur de Crystal Palace, Aston Villa et Middlesbrough, clubs qu’il a également entraînés, Gareth Southgate est issu du sérail de la fédération anglaise, où il a d’abord entraîné les Espoirs avant de devenir sélectionneur national, suite au renvoi de Sam Allardyce, le 30 novembre 2016. Adepte d’un football offensif, il a fait le pari de la jeunesse en appelant 23 joueurs ayant en moyenne 19 sélections, pour une moyenne d'âge de 26 ans. Cette relative inexpérience est-elle le talon d’Achille de son équipe ?

Les Diables, favoris ou outsiders ?

Les Diables, favoris ou outsiders ?

© Photonews

La Belgique en chiffres

Classement Fifa : 3
Nombre de participations : 12
Nombre de matches disputés : 41
Victoires : 14
Nuls : 9
Défaites : 18
Buts marqués : 52
Buts encaissés : 66
Meilleur résultat obtenu : quatrième en 1986

Avec sa constellation de stars, la plus dense et la plus riche de l’histoire, active dans les plus grands championnats européens, les Diables Rouges ont toutes les cartes en main pour réussir un très beau « coup » en Russie. Encore faudra-t-il savoir parfaitement disposer ces talents et les faire travailler ensemble sur l’échiquier tactique. Les questions nées de la perméabilité de la défense à trois, de la fragilité physique de certains joueurs-clés, du rôle exact à confier à Kevin de Bruyne, de la polémique Nainggolan, seront autant de facteurs que Roberto Martinez devra maîtriser à la perfection, s’il veut hisser ses troupes vers le sommet mondial.

Comment ils se sont qualifiés

Dominateurs dans le groupe H, avec neuf victoires pour un nul, face à la Grèce, l’Estonie, la Bosnie-Herzégovine, Chypre et Gibraltar, les Diables ont signé un 28/30 (comme l’Espagne), à peine moins bien que les Allemands (30/30). Avec 43 buts marqués en dix matches, la Belgique est l’équipe la plus prolifique du continent, à égalité avec la Mannschaft. Les Diables Rouges ont décroché leur ticket très tôt le 3 septembre 2017, en battant la Grèce (1-2) au Pirée. Premier pays européen qualifié sur le terrain, la Belgique participera pour la 13e fois à la grande fête du football mondial.

Revoir les 43 buts des Diables pendant la campagne de qualification :



Voir le calendrier des matches de la Belgique

Les stars de la sélection : Thibaut Courtois, le roc

Les stars de la sélection : Thibaut Courtois, le roc

© Photonews

Même si sa dernière saison avec Chelsea a été un peu plus chaotique que les précédentes (victoire en FA Cup, tout de même), Courtois reste une des références à son poste en Europe. Avec Neuer, Oblak, Buffon, Lloris et De Gea, il fait partie des meilleurs gardiens du continent. Souvent décisif avec les Diables, capable de réflexes impressionnants, il rassure sa défense par sa taille, son timing, l’envergure de ses détentes, la qualité de ses prises de balle et son calme olympien. S’il fait un grand tournoi, les Belges iront loin.

Les stars de la sélection : Romelu Lukaku, Monsieur rectangle

Les stars de la sélection : Romelu Lukaku, Monsieur rectangle

© Photonews

Même s’il reste perfectible dans certains secteurs du jeu (remises, petits espaces), Romelu a largement prouvé avec Manchester comme chez les Diables qu’il était devenu une gâchette de calibre international. Très efficace des deux pieds, dominateur dans le jeu aérien, ce monstre de puissance et de vélocité peut rendre d’immenses services à la sélection, tant en contre qu’en possession de balle ou sur coups de pied arrêtés. Titulaire indéboulonnable depuis l’arrivée de Roberto Martinez, qui l’a bien connu à Everton, ‘Big Rom’ débarque en Russie avec beaucoup d’ambition, et donc de pression. Auteur de 27 buts et 9 assists cette saison sous les ordres de Mourinho, il semble paré.

Les stars de la sélection : Kevin De Bruyne, l’accélérateur

Les stars de la sélection : Kevin De Bruyne, l’accélérateur

© Photonews

« Il sait tout faire, mais c’est un modèle d’humilité et de discrétion. On ne voit pas beaucoup de joueurs comme lui. C’est un des meilleurs que j’ai croisés dans ma carrière », dit Pep Guardiola de Kevin de Bruyne. Des 23 Diables, il est celui qui a le plus marqué la saison qui vient de s’achever (avec Dries Mertens, peut-être) en étant un des acteurs majeurs du flamboyant titre de City en Premier League. Sa vision du jeu, exceptionnelle, sa capacité à jouer en un temps, son rôle d’accélérateur du jeu belge, sa frappe à distance et son volume de jeu font l’unanimité. Si les rôles sont bien répartis dans l’entrejeu belge, il peut être une des grandes stars du tournoi.

Revoir tous les buts, les assists et les gestes techniques de Kevin cette saison :

Les stars de la sélection : Eden Hazard, génial capitaine

Les stars de la sélection : Eden Hazard, génial capitaine

© Photonews

On ne présente plus le capitaine des Diables. Au sommet de son art depuis 3 ans, convoité par les plus grands clubs de la planète, le lutin dribbleur et buteur de la sélection belge est un poison permanent pour les défenses adverses. Et une arme bien utile pour faire sauter les verrous les plus hermétiques, car il peut faire basculer une rencontre d’un trait de génie. Souvent installé dans le couloir gauche par Martinez, il  a démontré qu’il pouvait assurer l’indispensable repli défensif dans cette zone, en perte de balle. Ce technicien hors pair, véritable artiste balle au pied, a beaucoup mûri. Quand son immense talent se fond dans la collectivité, il peut être irrésistible.  

Voir les 23 joueurs belges

L’entraîneur : Roberto Martinez

L’entraîneur : Roberto Martinez

© Photonews

Adepte du 3-4-3, Roberto Martinez, ancien coach d’Everton, a remodelé en profondeur le jeu des Diables, désormais mieux rôdés aux séquences de possession et plus dominateurs. Excellent tacticien, c’est un homme relativement calme et discret, à la communication toujours maîtrisée, à l’exact opposé de son tonitruant prédécesseur, Marc Wilmots, dont les qualités de meneur d’hommes et le langage coloré sont encore dans toutes les mémoires. Il accorde une grande confiance à ses joueurs en échange du respect d’un code de conduite strict, comme l’a prouvé la non-sélection de Radja Nainggolan. Le Mondial Russe, son premier à la tête d’une équipe nationale est un immense challenge pour lui. Il a au moins aussi faim que les joueurs. Et rêve d’aller plus loin qu’en 2014, où les Diables avaient quitté la compétition en quarts de finale.

Le match à ne pas rater dans ce Groupe G

Le match à ne pas rater dans ce Groupe G

© Photonews

La rencontre-choc du groupe G sera à n’en pas douter  le match qui opposera l’Angleterre et les Diables Rouges le 28 juin à Kaliningrad (20 heures). Les retrouvailles entre les Belges de Premier League et leurs collègues de club s’annoncent spectaculaires. Et sans doutes décisives pour l’attribution de la première place du groupe.

Notre pronostic

Notre pronostic

© Photonews

Sans faire injure à nos amis tunisiens, Belges et Anglais devraient se qualifier dans ce groupe. Mais dans quel ordre ? Le nombre de buts inscrits sera sans doute décisif. Empiler un maximum de buts au Panama sera une des clefs de la suite du tournoi. Mais les Anglais ont un certain Harry Kane pour alimenter le marquoir. Notre avis : les Diables deuxièmes de leur groupe à la différence de buts.

Découvrez aussi :

Groupe A
Groupe B
Groupe C
Groupe D
Groupe E
Groupe F
Groupe H


#REDTOGETHER est le mot d'ordre ! Pas de télévision dans les parages ? Regardez les Diables Rouges lors du Mondial 2018 en Russie avec l'app Proximus TV ! Le data est gratuit ! Cliquez ici pour plus d’info !

Top