Coupe du Monde 2018, des stars au pays des tsars

Coupe du Monde 2018, des stars au pays des tsars

© Photonews

Une première à l'est

Jamais jusqu'ici un pays de l'Europe de l'Est n'avait eu l'honneur d’accueillir le plus grand événement sportif de la planète. Recevoir la Coupe du Monde est une immense fierté pour le peuple russe et pour Vladimir Poutine, à la mesure du défi que représente cette organisation titanesque. Le pays est immense, les sites sont nombreux, les déplacements des fans et de certaines équipes seront importants. Mais les Russes sont confiants : "Avec des infrastructure et des stades modernes, la Russie sera non seulement prête dans les temps pour la Coupe du Monde mais elle va toucher à la perfection", a promis le président russe.

La Coupe du Monde la plus chère de l’histoire

La Coupe du Monde la plus chère de l’histoire

© Photonews

12 stades, 64 matches, 736 joueurs, 36 arbitres, 12 assistants-vidéos, des millions de fans dans un pays immense, pour accueillir la Coupe du monde, la Russie n'a pas lésiné sur les moyens.

L'organisation de la compétition a coûté près de dix milliards d'euros, ce qui fait de ce Mondial russe le plus cher de l'histoire. A titre de comparaison, le budget du Mondial allemand en 2006 s'élevait à… 430 millions d'euros seulement !

La mascotte, un loup sympa

La mascotte, un loup sympa

© -

La mascotte de cette Coupe du monde de football 2018 sera un loup nommé ‘Zabivaka’. Il a été élu par plus d'un million d'internautes russes. Le nom Zabivaka est tiré d’un jeu de mots entre "marquer un but" et "batailleur". Ce loup sympathique a été dessiné par Ekaterina Bocharova, une étudiante originaire de Tomsk, en Sibérie occidentale. Le loup Zabivaka succèdera au "tatou-bola" Fuleco, qui avait incarné le Mondial 2014 au Brésil et au léopard Zakumi, mascotte du Mondial 2010 en Afrique du Sud.

Le Logo, «inspiré de l'âme russe»

Le Logo, «inspiré de l'âme russe»

© -

Le logo de la Coupe du Monde 2018 a été imaginé par Brandia Central, une agence de conseil en stratégie de marque basée au Portugal. Huit agences russes et internationales avaient pris part à l’appel d’offre. Un jury composé de dix membres, parmi lesquels Fabio Capello, a ensuite sélectionné le vainqueur. Le logo retenu est inspiré par la tradition artistique et l’histoire de la Russie avec l'utilisation du rouge, du doré, du noir et du bleu dans sa palette de couleurs. Il a été officiellement dévoilé le 28 octobre 2014 depuis la Station spatiale internationale par trois cosmonautes russes.

L’affiche, un clin d’œil rétro

L’affiche, un clin d’œil rétro

© -

Certains diront que c’est la plus belle affiche de l'histoire de la compétition. D’autres crieront au mauvais goût absolu. Réalisé par l'artiste russe Igor Gurovich, le poster officiel de la Coupe du Monde ne laisse personne indifférent et joue la carte du clin d’oeil rétro, avec Lev Yashin en héros éternel dans un décor « constructiviste ». Seul gardien à avoir été élu Ballon d'Or (1963), surnommé l’araignée noire, l'ancien gardien de l'Union Soviétique, disparu en 1990, a joué quatre Coupes du monde (1958, 1962, 1966 et 1970).

12 stades de rêve

12 stades de rêve

© Photonews

12 stades disséminés dans 11 villes attendent le coup d’envoi de cette vingt-et-unième édition de la Coupe du Monde. Equipés des dernières technologies, ils se veulent des exemples de sécurité et d’hospitalité. De quoi offrir une expérience unique aux fans venus du monde entier…

À lire aussi : A la découverte des stades du Mondial 2018 en Russie

Moscou - Stade Loujniki

Le mythique stade Loujniki est le plus grand de la compétition avec ses 80.000 places. Il a été rénové pour l'occasion, la piste d'athlétisme ayant été supprimée et les tribunes rapprochées du terrain. La façade historique du stade a cependant été conservée. Il sera le théâtre de quatre matches de groupes : Russie-Arabie Saoudite (match d'ouverture), Allemagne-Mexique, Portugal-Maroc et France-Danemark. Il accueillera également un huitième de finale, une demi-finale et la finale tant convoitée,le 15 Juillet.

Moscou - Stade du Spartak

Aussi appelé Otkrytie Arena, cette enceinte de 43.298 places est le stade du Spartak Moscou et du Spartak GM. Sa façade change de couleur en fonction de l'équipe qui y joue. Il accueillera cinq rencontres de la Coupe du monde 2018 : Argentine-Islande, Pologne-Sénégal, un certain Belgique-Tunisie, Serbie-Brésil et un huitième de finale.

Saint-Pétersbourg - Stade de Saint-Petersbourg

Le nouvel écrin du Zénit Saint-Pétersbourg est un bijou de modernité : il compte 7 étages et est équipé d'un toit rétractable ainsi que d'un terrain coulissant. Situé sur l'île de Krestovski, à l'ouest de la ville, il est doté d'une capacité de 68 134 places et accueillera 4 matches de la phase de groupes (Maroc-Iran, Russie-Egypte, Brésil-Costa Rica et Argentine-Nigeria) ainsi qu'un huitième de finale, une demi-finale et la finale pour la 3e place.

Sotchi - Stade Ficht

Ce stade de 47.700 places, situé dans la banlieue de Sotchi, a notamment accueilli les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d'hiver 2014 de Sotchi. Son architecture unique permet aux spectateurs d'admirer à la fois les monts du Caucase au Nord et la mer Noire au Sud. Son architecture évoque un sommet enneigé. Le stade accueillera 6 rencontres de la Coupe du monde dont le choc du premier tour Portugal-Espagne, mais aussi le très important Belgique-Panama, Allemagne-Suède, Australie-Pérou, un huitième de finale et un quart de finale.

Kazan - Kazan Arena

Nouveau stade du Rubin Kazan depuis 2014, cette enceinte de 44.779 places accueillera 6 rencontres du Mondial dont un huitième de finale, un quart de finale et 4 matches de la phase de groupes : France-Australie, Iran-Espagne, Pologne-Colombie et Corée du Sud-Allemagne. Conçu par les architectes de Wembley et de l'Emirates Stadium, sa forme évoque celle d'un nénuphar. Il a également la particularité de posséder le plus grand écran géant en plein air d'Europe.

Ekaterinbourg - Ekaterinbourg Arena

Actuel stade du FC Oural, la Iekaterinbourg Arena a été rénové de fond en comble. Les façades, modèles du genre néoclassique soviétique, ont été conservées. En revanche, un toit et des tribunes ont été ajoutés pour le confort des spectateurs. La capacité totale du stade a été portée à 35.696 places. 4 matches du Mondial auront lieu dans ce stade : Egypte-Uruguay, France-Pérou, Japon-Sénégal et Mexique-Suède.

Kaliningrad - Baltic Arena

Le stade de Kaliningrad ou Königsberg Stadium, est une enceinte de 35.212 places située en centre-ville, sur l'île d'Octobre, bordée par les deux bras d'un fleuve. Il hébergera 4 matches de la Coupe du monde 2018 : Croatie-Nigeria, Serbie-Suisse, Espagne-Maroc et le choc très attendu entre l'Angleterre et la Belgique, le 28 juin.

Nijni-Novgorod - Stade de Nijni-Novgorod

Cet écrin de 45.331 places accueillera un huitième de finale, un quart et quatre matches de groupes : Suède-Corée du Sud, Argentine-Croatie, Angleterre-Panama et Suisse-Costa Rica. Situé entre la Volga et l'Oka, les deux fleuves de la ville, il offre une vue imprenable sur le centre de la ville.

Rostov-sur-le-Don - Rostov Arena

Sur la rive gauche du fleuve Don, à Rostov, une ville proche de l’Ukraine, voici la Rostov Arena, d'une capacité de 45.145 places. Le stade est devenu le centre névralgique d'un nouveau quartier de la ville, en pleine expansion, qui fait la part belle aux sports et aux loisirs. Il accueillera 5 rencontres de la Coupe du Monde : Brésil-Suisse, Uruguay-Arabie Saoudite, Corée du Sud-Mexique, Islande-Croatie et un huitième de finale.

Samara - Samara Arena

Le stade de Samara, d’une capacité de 44.807 fait la part belle à une architecture qui renvoie à la thématique spatiale, laquelle a fait la renommée de la ville. Samara est en effet un des centres aérospatiaux les plus importants du pays. On y jouera Costa Rica-Serbie, Danemark-Australie, Uruguay-Russie, Sénégal-Colombie, un huitième et un quart de finale.

Saransk - Stade de Mordovie

De forme ovale et d'une capacité de 44.442 places, ce stade est situé en plein centre-ville, sur la rive de l'Insar. Ses couleurs vives (orange, rouge et blanc) renvoient aux couleurs traditionnelles de la culture de la région. Le stade de Mordovie accueillera 4 matches du tournoi : Pérou-Danemark, Colombie-Japon, Iran-Portugal et Panama-Tunisie, ce dernier match dans le groupe des Diables.

Volgograd - Volgograd Arena

Construite sur l'emplacement de l'ancien stade Central et dotée d'une capacité de près de 45 568 places, cette enceinte accueillera 4 matchs de poule de la compétition. Située au pied d'une statue qui rend hommage aux morts de la bataille de Stalingrad (ancien nom de la ville) surplombant la cité, son architecture unique en fait une enceinte d'exception. Elle accueillera quatre rencontres de la phase de groupes : Tunisie-Angleterre, Nigeria-Islande, Arabie Saoudite-Egypte et Japon-Pologne. Que diriez-vous de faire une visite virtuelle des 12 stades de cette Coupe du monde?

Les grands absents

Les grands absents

© Photonews

Allemagne, Brésil, Argentine, Espagne, France, les grandes nations seront bien au rendez-vous de cette édition 2018.

Mais les qualifications ont laissé sur le carreau deux grandes nations historiques du tournoi. L’Italie, quadruple vainqueur de la Coupe du Monde, dominée dans son groupe qualificatif par l’Espagne, a été éliminée en barrage par la Suède. De leur côté, les Pays-Bas, triples finalistes malheureux de l’épreuve, ont été incapables de se qualifier dans un groupe dominé par la France et la Suède. Robben, Sneijder, Depay, Buffon, Bonucci, Chiellini, Verratti, autant de grands noms qui seront privés du festin mondial…

Dans une moindre mesure, le Chili, neuvième du classement FIFA, la Côte d'Ivoire, qui avait disputé les 3 dernières éditions, le Cameroun, un habitué des phases finales depuis 2010, le Pays de Galles, 21e du classement Fifa et les Etats-Unis (24e), sept participations consécutives depuis 1990 (!), sont les autres grands absents du tournoi russe.

Certains spécialistes se sont même amusés à composer une équipe de 11 joueurs avec les grands absents de la compétition.

Gianlugi Buffon, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini, l’ex triplette de la Juve et de la Squadra, seraient rejoints en défense par l'Autrichien David Alaba (Bayern Munich).

Au milieu de terrain, Miralem Pjanic (Bosnie/Juventus), les Chiliens Arturo Vidal (Bayern Munich) et Alexis Sanchez (Manchester United) ainsi que l'Algérien Riyad Mahrez (Leicester) formeraient l'ossature de l'équipe.

En attaque, le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal), le Gallois Gareth Bale (Real Madrid) et Arjen Robben (Pays-Bas/Bayern Munich) seraient chargés d'alimenter le marquoir.

Sur le banc, on retrouverait Antonio Valencia (Equateur/Manchester United), Marek Hamsik (Slovaquie/Naples), Christian Pulisic (Etats-Unis/Borussia Dortmund), Edin Dzeko (Bosnie-Herzégovine/AS Rome), Marco Verratti (Italie/Paris Saint-Germain) ou encore Zlatan Ibrahimovic (Suède/LA Galaxy).

Le ballon du tournoi : vintage et connecté

Le ballon du tournoi : vintage et connecté

© fifa

Le ballon officiel de la Coupe du Monde a été baptisé  « Telstar 18 ». Il s'inspire du tout premier ballon conçu par Adidas pour la Coupe du monde de 1970 au Mexique. Il en reprend d'ailleurs quelques éléments comme les hexagones noirs et blancs imaginés à l’époque pour mieux ressortir sur les postes de télévision en noir et blanc.
 
Afin de répondre aux attentes des meilleurs joueurs de la planète, le ballon a été testé par des clubs et des équipes nationales de premier plan, notamment l'Ajax, le Real de Madrid, Manchester United, l'équipe de Colombie et celle d'Argentine.

Un ballon connecté

La puce NFC intégrée fait du Telstar 18 le ballon de la Coupe du monde le plus innovant à ce jour. Il suffit de tapoter un smartphone contre le ballon pour accéder à des défis mondiaux, à du contenu exclusif et à des informations sur l'utilisateur. L'appli comprend une carte thermique qui permet de visualiser en temps réel tous les ballons en action aux quatre coins du monde.

Du côté des gardiens de but, un certain scepticisme règne :"Il est vraiment étrange, il prend des trajectoires bizarres, je pense qu'il aurait pu être amélioré", explique par exemple David De Gea, à propos du Telstar 18.

Les ballons du Mondial, une longue histoire

Les ballons du Mondial, une longue histoire

© fifa

De la simple balle de cuir lacé au Telstar connecté utilisé cette année lors de la Coupe du monde, revivez la longue histoire du ballon en vidéo



Ci-dessous, le nom de tous les ballons officiels de la Coupe du monde depuis 1970

Le salaire des arbitres et les primes, jackpot pour les équipes

Le salaire des arbitres et les primes, jackpot pour les équipes

© Photonews

La rémunération des arbitres en Coupe du Monde est très rarement évoquée, éclipsée par celle des footballeurs. Pourtant, les arbitres présents en Russie lors de la Coupe du monde font partie de l'élite mondiale et ont la lourde tâche d'arbitrer des matches sous haute tension.

Il n'y a pas d'arbitre belge sélectionné pour ce Mondial où les hommes en noir seront aidés pour la première fois de l'histoire par la vidéo. Mais que touchent les professionnels du sifflet pour arbitrer ces rencontres d'une extrême importance?

Selon le site brésilien UOL Esporte, les arbitres seront payés 57.000 euros fixe plus une prime de 2.500 euros pour chaque rencontre arbitrée. Les assistants quant à eux, recevront 20.000 euros fixe ainsi que 1.600 euros par match arbitré.

Les primes pour les équipes

Le montant des primes, qui vont être reversées à chaque équipe participante, est connu. La Fifa est plutôt généreuse, avec un magot de 334 millions d'euros à se partager entre les 32 équipes nationales en compétition. Le vainqueur du tournoi empochera ainsi 31,7 millions d'euros et son dauphin repartira de Moscou avec un pécule de 23,4 millions. Même les équipes éliminées dès le premier tour toucheront la bagatelle de 6,7 millions d'euros !

Toutes les équipes reçoivent en outre une enveloppe de 1,25 million d'euros pour les frais engagés dans la préparation de la compétition (stages, hôtellerie, transports, …).


La coupe qui les fait tous rêver…

La coupe qui les fait tous rêver…

© Photonews

Le trophée de la Coupe du monde que soulèvera le capitaine de la sélection gagnante est une merveille composée d'or pur avec une base de 13 cm de diamètre contenant deux morceaux de malachite.

On y voit deux sportifs transcendés par la victoire soulevant la Terre avec l'inscription «FIFA World Cup» gravée à sa base.

Les noms des vainqueurs des précédentes éditions sont gravés sur la face opposée. Le nom de chaque nation championne du monde y figure en anglais.

Les records

Les records

© Photonews

°Le Brésil est le pays le plus titré de l’épreuve avec cinq titres, suivi par l’Italie et l’Allemagne (4), l’Uruguay et l’Argentine (2). France, Angleterre et Espagne ont remporté la Coupe du monde une fois.

°Miroslav Klose est le meilleur buteur de l’histoire de la compétition avec 16 buts au total. Il devance le Brésilien Ronaldo (15) et Gerd Müller (14).

°L’Allemand Lothar Matthaüs a disputé 25 matches de Coupe du monde, record à battre !

°16 cartons jaunes et quatre exclusions, c’est le triste record de Portugal-Hollande, en huitième de finale de l’édition 2006.

°Le Brésil est la seule équipe à avoir participé à toutes les phases finales. La Seleçao dispute son 21e Mondial d’affilée.

°Allemagne-Argentine a été la finale la plus jouée. Les deux équipes se sont affronté à trois reprises (1986, 1990 et 2014), avec deux succès pour la Mannschaft contre un pour l’Albiceleste.

°La Premier League est le championnat qui enverra le plus de joueurs en Russie avec 164 sélectionnés. La Liga (95) et la Bundesliga (90) suivent loin derrière…

Vers des huitièmes explosifs ?

Vers des huitièmes explosifs ?

© Photonews

Même si le système des têtes de série et la répartition des favoris dans les différents groupes sont censés faire se rencontrer les grosses équipes le plus tard possible, le tournoi peut toujours réserver de petites surprises.

Si les équipes les mieux classées au ranking FIFA ne terminent pas en tête de leur groupe, on pourrait même asister à des huitièmes de finale explosifs.

En théorie, on pourrait très bien avoir les huitièmes de finale suivants :

France-Argentine
Allemagne-Brésil
Espagne-Uruguay
Belgique-Colombie

Les deux premiers matches de cette liste auraient même déjà des allures de finale…

Qui sera le grand vainqueur du tournoi ?

Qui sera le grand vainqueur du tournoi ?

© Photonews

Partagez votre pronostic avec des milliers d’internautes


#REDTOGETHER est le mot d'ordre ! Pas de télévision dans les parages ? Regardez les Diables Rouges lors du Mondial 2018 en Russie avec l'app Proximus TV ! Le data est gratuit ! Cliquez ici pour plus d’info !

Top