Les plus beaux gestes de Kevin De Bruyne

Pep Guardiola ne tarit pas d'éloges sur notre compatriote, qu'il considère comme l'un des plus grands joueurs qu'il ait été amené à diriger. Véritable plaque tournante de Manchester City, ce travailleur infatigable possède une palette technique impressionnante : puissante frappe de loin, passes en profondeur millimétrées, vision du jeu hors du commun... Morceaux choisis.
Les plus beaux gestes de Kevin De Bruyne

© Belga

Pep Guardiola ne tarit pas d'éloges sur notre compatriote, qu'il considère comme l'un des plus grands joueurs qu'il ait été amené à diriger. Véritable plaque tournante de Manchester City, ce travailleur infatigable possède une palette technique impressionnante : puissante frappe de loin, passes en profondeur millimétrées, vision du jeu hors du commun... Morceaux choisis.

Un geste qui laisse Laurent Ciman pantois

Un geste qui laisse Laurent Ciman pantois

© Belga

À l'âge de dix-huit ans, grâce à son extraordinaire maîtrise technique et tactique, Kevin contribuait à propulser le KRC Genk au sommet de la hiérarchie du football belge. Pour s'en convaincre, il suffit de voir la manière dont il mystifie le Standardman Laurent Ciman d' une talonnade venue d'une autre planète . Tout simplement prodigieux !

Un but d'anthologie

Un but d'anthologie

© Belga

Prêté par Chelsea au Werder Brême pendant la saison 2012-2013, KDB devint rapidement le bourreau des défenseurs de Bundesliga. En guise d'exemple, regardez ce fabuleux geste réalisé lors d'une rencontre opposant Brême au VfB Stuttgart. Après avoir, dans un premier temps, lobé son adversaire direct, KDB crucifie le gardien d' un second lob de toute beauté .

Reprise de volée en pleine lucarne

Reprise de volée en pleine lucarne

© Belga

Tout le talent de Kevin De Bruyne s'exprime également sur la scène européenne. L'action se déroule lors d'une rencontre d'Europa League entre le VfL Wolfsbourg et le Lille OSC. Sur un corner renvoyé par la défense lilloise, De Bruyne propulse le cuir dans la lucarne d' une volée magistrale et proprement imparable .

Quand De Bruyne humilie le Bayern

Quand De Bruyne humilie le Bayern

© Belga

Le Bayern Munich est, depuis de nombreuses années, l'équipe à battre en Bundesliga. Or, on a beau être l'équipe de tous les records, on ne résiste pas à un Kevin De Bruyne en grande forme. En 2015, lors de la rencontre inaugurale de la 18ème journée du championnat allemand, les « Loups » de Wolfsbourg ont littéralement écrasé les Bavarois sur le score sans appel de 4 buts à 1. D'abord passeur, notre Kevin national a inscrit un magistral doublé en seconde période.

Goal victorieux contre Chelsea

Goal victorieux contre Chelsea

© Belga

Le 30 septembre dernier, Kevin De Bruyne s'est une nouvelle fois montré impérial lors de la rencontre au sommet opposant Manchester City à Chelsea, le tenant du titre. Le choc de la septième journée du championnat d'Angleterre s'est en effet soldé par la victoire des « Citizens » grâce à une frappe puissante et précise de notre compatriote, qui a trouvé la lucarne d'un Thibaut Courtois incapable de la moindre réaction.

Le roi de la passe décisive

Le roi de la passe décisive

© Belga

Sous l'impulsion d'un Kevin De Bruyne inspiré comme jamais, Man City s'est largement imposé lors de la huitième journée de Premier League, étrillant littéralement Stoke City, une équipe figurant dans la partie basse du tableau, sur le score de 7 buts à 2. Soucieux de fêter dignement sa centième apparition sous le maillot des « Skyblues », KDB a montré qu'il était bien le véritable patron de l'équipe. Cette passe millimétrée à destination de Leroy Sané est le point d'orgue d'une prestation exceptionnelle.

Quand De Bruyne crucifie les États-Unis

Quand De Bruyne crucifie les États-Unis

© Belga

Lors du Mondial 2014, la Belgique affrontait les États-Unis en huitième de finale. Largement dominés dans tous les compartiments du jeu, les Américains durent compter sur une prestation exceptionnelle de leur gardien Tim Howard, intraitable sur sa ligne et auteur de quinze arrêts de classe mondiale. Il fallut donc attendre les prolongations pour voir les Diables Rouges s'imposer. L'inévitable Kevin De Bruyne ouvrit le score d'un tir croisé à la 92ème minute, avant d'offrir à Romelu Lukaku le but de la victoire quelques minutes plus tard.

Échange spontané de maillot

Échange spontané de maillot

© Belga

Le 26 octobre dernier, Man City a dû recourir aux tirs aux buts pour éliminer de la Coupe de la Ligue Wolverhampton, un club évoluant en D2 anglaise. À l'issue de la rencontre, dans les travées de l'Ethiad Stadium, c'est KDB en personne qui a demandé à échanger son maillot avec Connor Ronan , un joueur de 19 ans totalement inconnu du grand public. Le regard teinté de surprise et d'émerveillement du jeune Irlandais en dit long sur l'admiration qu'il porte à notre Diable Rouge.

La revanche sur Mourinho

La revanche sur Mourinho

© Belga

Complètement ignoré par José Mourinho lorsqu'il évoluait à Chelsea, Kevin De Bruyne a pris une éclatante revanche sur l'entraîneur portugais. Le 10 septembre 2016, notre compatriote fut en effet l'un des principaux artisans de la victoire, sur le score de 1 but à 2, des « Citizens » sur leur grand rival Manchester United, le club entraîné précisément par « Special One ».

Un homme au grand cœur

Un homme au grand cœur

© Belga

Gentleman sur le terrain, De Bruyne l'est également dans la vie. Outre son implication dans la promotion des « Special Olympics », Kevin est également capable de gestes empreints d'élégance et de générosité. En mars dernier, à l'issue d'un match opposant Man City à Sunderland, on le voit enlever spontanément son maillot et le dédicacer à un fan en fauteuil roulant . Une attention que ce dernier n'est pas près d'oublier.

Un goal de classe mondiale

Un goal de classe mondiale

© Belga

Le 3 octobre 2015, Manchester City atomisait Newcastle 6-1 grâce à un quintuplé de Kun Agüero et à un but de... Kevin De Bruyne. Non content d'avoir distillé deux passes décisives, KDB marqua un but de classe mondiale d'une reprise de volée acrobatique imparable, laissant les « Magpies » sans voix.

Top